Ultra Hyperball, le test sur Switch d'un jeu qui vendait tellement du rêve

ultra hyperball 1 656x369
LE JEU QUI VOUS PREND POUR UNE NOUILLE!  

J'ai souvent tendance à hurler sur les messages marketing mensongers. L'AppleStore en est blindé, chaque free2play moisi devient une expérience extrasensorielle digne d'un événement cosmique millénaire. De la liste des titres qui changeront vos vies, Ultra Hyperball (bien mieux que Hyperball d'un point de vue marketing) veut en faire partie. Je cite les promesses de l'éditeur : pas moins de 49 personnages jouables, 5 modes de jeu arcade simple d'accès, un mode histoire, un mode coop et une ligue d'Hyperball à la clé. Franchement, j'ai cru à un remake de Speedball 2!

Bon, on en est très loin, ce jeu ne fera que travailler vos réflexes avec des modes dont l'intérêt est proche du néant. En effet l'Hyperball, bien qu'ayant un nom excitant n'est autre que jeu de footbag. Il vous faudra comme dans le mode de California Games faire rebondir votre "balle" en rythme ou de plus en plus haut. Ici, on ne joue qu'avec la tête... histoire de rendre le challenge encore plus ridicule. La difficulté étant la maniabilité infâme qu'on vous impose avec les capteurs de mouvement de la Switch ou le fait de taper à 3 doigts sur l'écran tactile en rythme.

 

Note
1/10
Dans Ultra HyperBall les vessies sont des lanternes. En effet, les 49 personnages qui ne sont que des costumes différents en pixel de 16x16, un mode histoire qui n'est autre que 5 épreuves de plus en plus difficiles par mode arcade. Donc 25 niveaux que l'on peut jouer dans l'ordre souhaité, sympa pour une histoire... Le mode coop, c'est 4 de ces modes adaptés à deux ou quatre joueurs et la fameuse histoire n'existe que dans la tête des développeurs. Un tel descriptif, c'est comme disait mon cher monsieur Peillon professeur de Communication : de la "branlette intellectuelle" et ne mérite pas plus que 1/10, pour l'encre!

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

Mots-clés: Action, Test, Manoloben, Nintendo Switch

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Penny Punching Princess, le test sur PS Vita

juin 15, 2018 Test - PS Vita Olivier B.
Penny Punching Princess, c’est joli et coloré à souhait. En un mot, c’est kawaï ! Mais le nouvel action-RPG nippon de NIS America sur PS Vita (et Nintendo Switch) cache bien son jeu : en réalité nous avons plutôt affaire à un jeu hardcore qui en rebutera plus d’un, console ou manette en main.
HeartS 10

Heart & Slash, le test sur Switch

juin 05, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
Heart & Slash est un jeu d’action qui a une petite réputation sur la scène des indépendants PC, du fait notamment des attentes formulées lors de son financement via la plate-forme Kickstarter. Sa conversion sur la console Switch disponible via l’eShop est donc une bonne occasion de nous y intéresser.

Avez-vous lu cet article?