Human Ressource Machine, le test sur Switch - Tu vas en bouffer de l'assembleur!

hrm 01

Human Ressource Machine est le dernier née du Designer du merveilleux World of Goo (que j'aie dû acheter sur 4 ou 5 plateformes différentes, pour dire à quel point il est génial!). On s'attend donc encore une fois à une pépite vidéoludique, avec le risque d'être déçu. Je ne vais pas vous donner tout de suite mon avis sur le sujet - sinon à quoi sert ma conclusion - mais surtout mon avis n'est pas tranché, alors certes j'ai bien mis une note (de 6 sur 10 pour les plus pressés). Mais j'ai des choses à dire, et toutes pas très agréable. Si vous avez déjà lu un test chez nos confrères de JeVieDeDeo, des Kulteurs, ou encore des Bloggers, et que vous êtes déjà conquis, ne me lisez pas! Sinon, "welcome on board" comme on dit chez nous!

 

"Ce n’est pas un jeu, c'est une punition, un TP de faculté, ou une interrogation qu'on s'infligerait"

Petit laïus standard avant de commencer mes remontrances. Bienvenue donc dans Human Ressource Machine, le simulateur de "vie ma vie" dans une entreprise, jusqu'ici nous n'appliquions que les principes de Taylor (et son Taylorisme) et chaque élément avait son lot de tâches répétitives à effectuer chaque jour. Mais le "dada" commercial de 2017 c'est la Transformation Digitale et notre nouveau COD (Chief Officer Digital) a ordonné l'automatisation de ces tâches. C'est vous qui serez en charge de pondre le bout de code qui le fera. Pas facile? Durant vos années d'esclavage au sein de notre entreprise vous aurez tous loisir de réussir les nombreux challenges qui s'offrent à vous. Pour cela quelques fonctions types tout droit sorties d'un langage assembleur quelconque vous seront proposées. Le compilateur exécutant comme dans la vraie vie votre code afin de réussir ou non la tâche qui vous incombe. Comme dans la vie de tous développeurs, vous aurez des outils de debug, la possibilité d'exécuter votre code pas à pas et corriger à la volée. 

L'idée n'est pas nouvelle, puisque quelques jeux avaient déjà tenté de mettre en place avec plus ou moins de succès ce type de mécaniques. Nous avons un souvenir ému du soft de Fishing Cactus que nous avions vu à la Gamescom 2014 - Algo-bot et son kickstarter raté. Donc rien de nouveau! Mais là où nos amis de Tomorrow Corporation la joue fine, c'est qu'ils ont ajouté un côté mignon et rigolo à la chose, que se soit par les graphismes, le vieillissement du personnage au fur et à mesure que les années (et niveaux) passent, les pauses cafés ridicules, et l'arrivé d'un ennemi belliqueux. Pour le gameplay par contre ils sont clairement moins bons... Et c'est là que mon introduction prend tout son sens, c'est très bien de vouloir faire un jeu pour "devenir" un développeur, mais "madré des dios" pourquoi nous faire jouer avec de l'assembleur pendant 40 niveaux... déjà à l'école après 1 heure d'assembleur je souhaitais m'arracher les paupières avec sécateur. C'est un langage qui n'a rien d'amusant pour le commun des mortels. Aucun raccourci n'est permis, la moindre boucle devient un calvaire, une condition un peu particulière et c'est l'horreur. Résultat on n'apprend pas à réfléchir (comme avec un pseudo-code par exemple) mais à déboguer un programme avec seulement une dizaine de lignes de code visiblement en même temps sur l'écran... Ici point de notion de récursivité, ou encore de fonction comme le titre de Fishing Cactus nous proposait, juste un langage sorti des années 60 qui fera se morde les couilèvres à n'importe quel joueur peu patient.

 

Note
6/10
Il devient très difficile après cinq heures de jeu de garder sa patience, après 35 niveaux, j'ai craqué, j'en ai eu marre, j'étais perdu dans mon propre caca code (et pourtant je suis d'obédience développeur). Alors oui, il a des graphismes mignons, la maniabilité est bonne, la visibilité un peu moins par contre. Le titre ne restera pas indéfiniment dans la facilité et offrira un vrai challenge (ça devient bien difficile à partir du 25e étage), et même des succès secondaires, dans le but de vous narguer un peu plus - basé sur la taille de votre code ou sa rapidité d'exécution. Pour un passionné, c'est le pied. Mais la question : Qui est passionné par ça? Ce n’est pas un jeu, c'est une punition, un TP de faculté, ou une interrogation qu'on s'infligerait pour vérifier qu'on est vraiment le meilleurs... Alors à moins d'aimer la réglette sur les doigts, je ne comprends pas.

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

Mots-clés: Test, Puzzle, Manoloben, Nintendo Switch

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Lego Worlds, le test sur Switch

octobre 10, 2017 Test - Nintendo Switch Angi
Disponible en early access depuis 2015 puis sorti il y a environ six mois sur PS4/PC/XBoxOne, Lego Worlds avait alors eu un accueil quelque peu mitigé. Nous n’avions pas eu l’occasion de le tester à l’époque, mais celui-ci arrive aujourd’hui sur Nintendo Switch. Nous allons donc aujourd’hui voir si jeu de construction légendaire et jeu vidéo…
170612 mort 1

(Gamescom 2017) Stand-Alone, Dishonored 2 est sauf

septembre 05, 2017 Hors-Sujet Benjamin
C’est dans une salle bien cachée du stand Bethesda qu’on a pu prendre en main Dishonored 2 : La Mort de l’Outsider durant une petite heure. La souris en main, bien installé dans un fauteuil pour Gamer, il a fallu réapprendre à jouer au combo clavier-souris (mon dernier jeu en vue à première personne est Skyrim). Afin que l’on puisse s’amuser…

Avez-vous lu cet article?