(Gamescom 2017) Huntdown, des punks et des guns sur Switch

Huntdown Title Bright

Quand on est passé devant le stand de la Sweden Game Arena dans la zone businessde la Gamescom 2017, on a remarqué une borne d’arcade. Avec Manoloben, on a flairé le piège à journalistes. Et c’est donc en ricanant qu’on s’est approchés en se disant qu’on ne la faisait pas à des vieux routiers comme nous. Trente minutes après, nous étions toujours collés aux sticks.

Huntdown vous plonge dans un monde futuriste, à nettoyer les niveaux des racailles qui se partagent les quartiers d’une cité tentaculaire. Les personnages sont vus de profil, le tout avec un rendu façon pixel-art de qualité et surtout une animation particulièrement fluide.

Les armes sont variées et nombreuses, avec chacune une balistique spécifique, mais dont les munitions sont limitées. A vous de jongler au mieux entre votre arme de base et ce qui est disponible dans les niveaux. Le système de couverture, qui fait appel à des caisses plus ou moins destructibles ou à des renfoncements dans les batiments, est fondamental dans le gameplay. Foncer tête baissée ne vous conduira qu'à une mort rapide et assurée.

Bien sûr la fin de niveau vous donne le droit à la sempiternelle rencontre avec un boss aux techniques et comportements spécifiques... Et c’est là que notre aventure s'est terminée brutalement.

Huntdown fait tout de suite penser à ces run and gun de la fin des années 80/début des années 90 à la sauce Contra, qui fleurissait en arcade. Tout ce qui en faisait le sel semble bien présent : c’était violent, c’était fluide, c’était jouissif. D’ailleurs je ne m’étais pas autant amusé depuis Metal Slug, c’est dire. Nous allons évidemment évoquer les réserves d'usage, notamment en ce qui concerne la durée de vie. Reste que l'on attend ce jeu avec une impatience non dissimulée, un jeu qui sent l’amour du travail bien fait.

Pour couronner le tout, Huntdown est prévu sur Switch. Que demande de plus le peuple ? Peut-être une version PS Vita et une édition physique, et là, ça sera parfait !

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

Mots-clés: Gamescom, Kuk, Beat Them All, Run And Gun, Nintendo Switch

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…
10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…

Avez-vous lu cet article?