Speedball 2 : Brutal Deluxe, le test sur Gameboy

speedball 2 brutal deluxe usa europe
UN SPORT EMERGEANT!

Speeball 2 : Brutal Deluxe, le titre des Bitmap Brothers a eu le droit à une version Gameboy Advance dans les années 2000, mais ça, vous le saviez surement déjà, puisque celle-ci était un véritable remake de la version Megadrive/Amiga. Saviez-vous qu'une version Gameboy avait vu le jour, que celle-ci était compatible Gameboy Color (4 couleurs! Youhou!) et qu'en plus elle était fidèle - ou quasi fidèle - à la version Megadrive? Avouez, j'ai émoustillé votre intérêt?

Je ne vais pas vous faire un long discours sur ce titre que vous connaissez surement très bien. En 2095, le Speedball est arrêté, en 2100 il reprend, car la foule le réclame, ce sport violent et brutal voit naitre une nouvelle équipe - Brutal Deluxe - votre équipe, elle compte sur vous pour devenir célèbre (et rester en vie). Le Speedball est un sport ressemblant au Handball, mais avec la possibilité de molester l'adversaire. A vous la responsabilité de gérer l'équipe, recruter des mercenaires, améliorer les armures de vos troupes, etc., etc.

Sur GameBoy, la qualité de la conversion est en dent de scie. Les joueurs sont presque visibles (pour un GameBoy), possèdent une animation en trois frames (normal pour du Gameboy), le tout saupoudré de bips-bips partout (là par contre c'est limite même pour du GameBoy). Ce remake pas désagréable à jouer durant les matchs, souffre d'une partie gestion illisible et l'impossibilité de voir la vie de vos joueurs en cours de partie - d'ailleurs, nous n'avons pas réussi à mettre un joueur du tapis, cela a peut être été totalement retiré du jeu...

Un élément aurait dû nous mettre la puce à l'oreille sur la qualité du titre, le logo Mindscape sur la jaquette (et là tout s'explique!).

 

Note
5/10
On constate qu'en 1991 Mindscape avait déjà tendance à faire des remakes au rabais, Speedball 2 sur GameBoy en a subi les conséquences. Une interface de gestion mal pensée, des manques dans le gameplay et une partie sonore aux fraises. Reste plus qu'à se trouver une Nomad et la cartouche Genesis qui va avec.

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

Mots-clés: Gameboy, Manoloben, SpeedBall

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…
Final Fantasy Tactics art 1

Final Fantasy Tactics, le test sur PSP (écrit le 25/12/2007)

juin 19, 2017 Test - PSP Benjamin
Peut-être que certains d’entre vous ont maudit Square Soft, en 1997, lorsque la société japonaise avait refusé de distribuer Final Fantasy Tactics sur PlayStation en Europe. D’autres, verts de rage, se demandaient si l’éditeur serait capable de placer notre continent sur une carte du monde. Près de dix ans plus tard, il semblerait que Square Soft…

Avez-vous lu cet article?