Bloodbowl, le test sur PSP

bloodbowl21

Inutile de le cacher, nous sommes fans de Blood Bowl depuis la première heure. Ce jeu de plateau des années 1990 avait la particularité de montrer ce que deviendrait le football américain au royaume de Tolkien. Le Blood Bowl est une compétition sportive musclée opposant différentes races dans un match où quasiment tout est permis. Les elfes peuvent subir officiellement les coups des nains. Quant aux skavens - des hommes-rats -, ils peuvent se faire démembrer par les orques (ce qui en soit n’est pas très grave puisqu’ils ont souvent quelques membres en plus, en raison de mutations génétiques !). Bref, c’est le sport dont le psychopathe enfoui en vous rêve ! Aujourd’hui, nous allons vous parler de son adaptation vidéoludique sur PSP, compatible PS Vita.

 

Comme nous vous le disions, le Blood Bowl est un sport rude, voire même quelque peu sanguinaire. Il reprend néanmoins les règles du football américain, mais au tour par tour. Un plateau segmenté en cases, des figurines modélisées en 3D, un ballon et deux joueurs (intelligence artificielle ou humains) sont nécessaires pour lancer une partie. Vous devrez dans un premier temps décider de qui engage, puis de votre formation de départ (onze personnages à placer). Le but est de mettre la balle au fond du terrain adverse pour effectuer un touchdown.

Vous remarquerez très vite qu’il sera difficile de récupérer le ballon sans en venir aux mains. C’est pour cette raison qu’à chaque tour, vous sélectionnerez un par un vos personnages. Vous pourrez au choix les faire attaquer, bouger, agresser - petit coup de crampon dans les mâchoires pour faire comprendre qu’il est inutile de se relever -, ramasser le ballon, faire une passe ou faire un blitz qui consiste à bouger, attaquer, puis bouger. Le tout se joue avec des dés, les réussites sont déterminées en fonction de caractéristiques (force, agilité) et de compétences (garde, châtaigne, dextérité et beaucoup d’autres...). On vous donne un seuil à atteindre avec les dés, à vous de faire mieux, « 4+ » par exemple signifiant qu’il est nécessaire de faire plus de 4 pour réussir. Bien sûr, tout est automatisé et cela accélère grandement le jeu. Des parties qui prenaient plusieurs heures avec le jeu de plateau peuvent être effectuées en seulement 30 minutes sur console.

Ceci constitue les règles de base pour commencer à jouer. Ensuite, il faut savoir que Blood Bowl dispose d’un système de gestion d’équipe en mode Campagne. Ainsi, vous choisissez une race à jouer parmi les huit proposées. Chacune est spécialisée dans un type de jeu. Les elfes la joueront « danseuses » tandis que les nains broieront des os pour mieux progresser. Les gobelins pourront utiliser leurs amis ogres pour être lancés avec le ballon et utiliser des tronçonneuses - effet dévastateur garanti sur les amis et les ennemis ! Une fois votre style sélectionné, vous achetez onze joueurs : des receveurs, des lanceurs, des boxeurs, des tricheurs, des très grands, des mauvais, etc. Après cela, vous pourrez acheter un apothicaire - si l’un de vos joueurs « tombe » pendant le match, cela peut toujours servir... -, des pompom girls pour inciter la foule à vous aider et éviter de vous prendre une pierre massive sur le coin du visage - Ulder nous te saluons, ta mort fut honorable, ce rocher était trop gros ! – et, s’il vous reste un peu d’argent, vous pourrez toujours payer l’arbitre pour qu’il évite de regarder lorsque vous essuierez vos crampons sur le dos d’un adversaire, recruter des stars comme Griff Oberval ou des relances (une sorte de joker pour dés). Une fois l’équipe prête, il s’agit de choisir un championnat et de gagner de l’expérience pour devenir numéro 1. Bref, tout un programme !

Blood Bowl, sur PSP, est toujours aussi passionnant. Cependant, il est nécessaire de vous informer que cette version est tronquée par rapport à la version PC. Déjà, sur ordinateurs, nous avons eu le droit à plusieurs mises à jour qui ont porté le nombre total de races jouables à... 21 ! Ajoutez à cela des nouvelles arènes ainsi qu’une mise-à-jour des règles (le dopage, par exemple, a été purement et simplement retiré). Vous aurez compris que sur PSP, nous avons affaire à une version 1.0. Autre bémol à souligner : la version PSP souffre de graphismes dignes d’une Saturn avec des couleurs criardes et des textures vraiment pauvres. Si vous avez la bonne idée de jouer sur PS Vita, avec son filtre graphique, le rendu est un peu meilleur. Côté sons, nous remercions les développeurs de cette version de ne pas avoir ajouté les voix insupportables des commentateurs français. Du coup, nous avons le service minimum, à savoir des bruits de coups et d’agonie sur un fond de hurlements de la foule en délire.

 

Note
5/10
Globalement, sur PSP, Blood Bowl n’est pas un mauvais jeu. Il nous semble tout de même un peu bâclé. A qui s’adresse-t-il ? Il n’est pas accessible aux néophytes, malgré la présence d’un tutoriel. Il ne ravira pas plus les fans qui espèreraient sans doute une version portable quasi identique à celle sur PC, au moins en termes de contenu. Reste que cette version possède quelques atouts : le fait qu’elle soit portable et qu’elle permet le jeu en mode Hot Seat ou avec deux consoles et deux jeux. Mais même dans ce cas, pas de championnat possible, vous n’aurez qu’un match simple au programme... Dommage ! Quand on voit l’engouement pour Blood Bowl sur PC, on aurait pu espérer beaucoup mieux.

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

 

 

 

Mots-clés: PS Vita, PSP, Bloodbowl, Sport

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10a

The Warlock of Firetop Mountain, le test

août 14, 2017 Test - iOS Angi
Déjà porteur d’une réputation plutôt flatteuse sur Steam, The Warlock of Firetop Mountain (TWFM) du studio Tin Min Games débarque aujourd’hui sur Ipad – un support qui semble tout à fait adapté au genre. En effet, il s’agit de l’adaptation d’un Livre dont vous êtes le héros, écrit par Steve Jackson et Ian Livingstone en 1982. Le jeu se présente…
ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…

Avez-vous lu cet article?