Nervous Brickdown, le test sur DS

NB Logo
CRISE DE NERDS ?
Arkedo, petite société française, vient de nous développer un jeu de casse-briques. Mais comment développer un jeu intéressant, dont le principe n'a pas vraiment évolué depuis sa référence créatrice, Breakout en 1976 ? C'est simple, il suffit « juste » de révolutionner le genre... Les plus anciens se souviendront sans doute de Titan et de Krypton Egg qui ont fait fureur à leur sortie en 1989 sur Atari ST et Amiga. Aujourd’hui, nous avons Nervous Brickdown !

 

Nervous Brickdown 5
Des stages de tres grande innovations

Nervous Brickdown tente donc de faire évoluer le gameplay en créant un jeu hybride aux multiples sources d'inspiration, qui se déclinent dans neuf mondes radicalement différents et tous ponctués par un boss de fin (le dixième monde regroupe tous les boss). On trouve des univers très typés (dessins griffonnés, les fantômes, SF, etc.) combinés avec des genres assez variés : Games & Watch, shoot’them up ou encore mini golf.

Au final, on ne s'ennuie jamais, les développeurs on été particulièrement créatifs sur ce point. On doit toujours casser des briques à l'aide d'une raquette mais on doit aussi jongler avec des missions parallèles : colorier un dessin à l'aide du stylet, sauver des personnages, éviter que des gouttes de peinture ne dégoulinent jusqu'en bas de votre écran, shooter les ennemis, etc.

Graphiquement, les mondes s'enchaînent et ne se ressemblent pas du tout. Certains sont magnifiques comme Ghost et Shoot en 3D, d'autres sont assez simples et colorés, mais sans plus. Mention spéciale pour la musique, qui habituellement dans les jeux tient rarement sur la durée et que l’on finit souvent par couper : ici c'est tout le contraire, elle varie selon les niveaux et reste toujours de très grande qualité.

Le seul défaut de Nervous Brickdown vient de sa facilité. Chaque niveau se divise en plusieurs tableaux (neuf plus le boss) ; régulièrement un point de sauvegarde vous est proposé. Si vous perdez toutes vos vies vous pouvez reprendre la partie regonflé à bloc... Bien entendu cela rend le jeu très agréable à jouer n’importe où, notamment dans les transports. Autre petit reproche : l’absence d’un tableau de scores.

Sûrement conscients de cette facilité trop importante, les développeurs ont rajouté des éléments à débloquer : Shuffle après quatre boss, qui propose cinq niveaux sélectionnés au hasard parmi 81. Là, pas de sauvegarde. Ce mode est donc celui qu'on utilisera après avoir tout débloqué. A noter aussi un mode bonus qui débloque les musiques selon les médailles récupérées pendant la partie.

Le mode multi-joueurs est disponible dès le départ : on peut jouer à deux avec une seule cartouche, c'est suffisamment agréable pour être signalé.

 
Note
8/10
Bref, sur DS, c'est clairement le meilleur du genre disponible puisque Brick'em All et Devilish ne soutiennent pas la comparaison de la réalisation et du fun. Attendons encore de voir ce que donnera Arkanoid DS et s’il parviendra à rivaliser avec Nervous Brickdown : le niveau a été placé très haut !

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

mai 07, 2018
rogue legacy ps vita
Test - PS Vita

Rogue Legacy, le test sur PS Vita

 

Mots-clés: Kuk

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

ConstructionSite04

Gun, Gore & Cannoli, le test qui flingue du zombie sur Switch

mai 21, 2018 Test - Nintendo Switch Benjamin
MON GUN SINON RIEN! Quand Metal Slug rencontre les films Le Parrain de Scorsese, on obtient le titre de Crazy Monkey Studios : Gun, Gore et Cannoli. Un Run & Gun plutôt sauvage où les zombies prennent la part belle aux militaires et martiens. Quels sont les points forts et les faiblesses de Gun, Gore & Cannoli, la réponse au travers de ce petit…
another lost phone

Another Lost Phone : Laura's Story, le test sur iOS et Switch

mai 07, 2018 Test - Nintendo Switch Benjamin
LE SERIOUS GAME D'UTILITE PUBLIQUE! . J'avais pu rencontrer les membres d'Accidental Queens lors de la dernière GamesCom, un échange très intéressant sur leur dernier titre Another Lost Phone : Laura's Story. Depuis, j'avoue, j'avais un peu laissé le genre de côté, même si nous avions pris le temps de tester A Normal Lost Phone. C'est récemment…

Avez-vous lu cet article?