[Gamescom 2016] Thimblewed Park, retour vers le futur du passé

ThimbleScreen11

C'est perdu dans un coin du stand « jeux indépendants Xbox One » que nous étions reçus pour admirer le prochain bébé de Ron Gilbert. Les plus jeunes ne le savent peut être pas, mais il s'agit d'un des personnages de la scène jeux vidéo qui a popularisé le jeu d'aventure. Il a fourni nombre d’entre nous avec des titres merveilleux, comme Maniac Mansion et Zac Mac Kraken, etc. 

Thimblewed Park renvoie clairement à ces titres, avec des graphismes pixelisés grimant la fin des années 80. Pour autant, le jeu est beaucoup plus beau, bien mieux animé, avec une ambiance sonore de qualité à contrario de ses ancêtres. Et heureusement pourrait-on dire....

 

L’aventure (car il s’agit d’un jeu d’aventure) commence par l’enquête de deux agents fédéraux. Le cadavre d'un homme vient d’être retrouvé dans la rivière d'une petite ville marquée par le déclin et l'abandon. Au cours des trois chapitres que contient l'aventure, vous incarnerez jusqu’à treize personnages, mais pas en même temps bien évidemment, les équipes pouvant accueillir jusqu’à cinq protagonistes.

L'ambiance est beaucoup plus sombre et mystérieuse que les titres cités précédemment. Les dialogues sont assez pêchus et cinglants et le scénario donne vraiment envie d'en savoir plus.

Les développeurs ont fait attention à ce que la sélection des commandes d'actions se fasse le plus intuitivement possible. Ainsi, dès que vous sélectionnez un élément du décor, un verbe lui est automatiquement attribué (ndrl : comme dans Indiana Jones and the Fate of Atlantis). Si le test s'est fait sur Xbox One (et à la manette), on nous a garanti que cette facilité serait présente dans les moutures tactiles (iOS, Android). Idem, l’équipe a ajouté un système de « téléportation » pour rapidement changer d’écran (via les gâchettes de la manette Xbox One), celle-ci sera aussi intégrée aux versions portables.

La durée de vie est estimée à un peu plus de huit heures. Les textes sont prévus en plusieurs langues, dont le français, les voix elles seront en anglais « only ».
Toutes les versions sont normalement prévues pour début 2017.

Bref, cette première prise en main a eu une délicieuse odeur de madeleine de Proust et a fait ressortir tous les bons moments passés sur Maniac Mansion, Zack Mac Kraken ou encore Monkey Island sur mon Atari ST. J'espère vraiment pouvoir savourer de nouveau tout cela; j'ai peine à le dire; j'ai peine à l'espérer; 28 ans après...

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

Mots-clés: Android, News, iOS, Aventure, Kuk, Ron Gilbert

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…
10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…

Avez-vous lu cet article?