Infectonator, le test sur Android

Infectonator 2
RUNNING DEAD!

Vous aimez les zombies, ce n'est plus un secret pour personne (même Electronic Arts est au courant !). Cet engouement explique l'apparition de centaines de jeux vidéo mobiles mettant en scène ces étranges créatures. Et comme nous aimons vous faire plaisir jusqu'à l'indigestion, nous avons décidé de vous parler d'un énième jeu faisant figurer des morts vivants : Infectonator sur Android. Sauf que dans Infectonator, vous ne serez pas le bout de viande tant convoité, mais l'origine même du mal !


C'est donc dans « la peau » du virus de « zombification » que vous ferez votre entrée dans le monde d'Infectonator. A vous les joies infectieuses : vous devrez contaminer une cible, ce qui donnera naissance à un zombie. Puis, vous verrez celui-ci faire ses premiers pas jusqu'à la cervelle la plus proche, afin de se rassasier et donner ainsi naissance à un petit frère. Le cycle de la vie du mort-vivant en somme.

Bien évidemment, pour venir à bout de l'humanité, il vous faudra muter, devenir plus fort, plus rapide. Voire même utiliser des zombies spéciaux (façon Michael Jackson, Kim Jong-un, Freddy Krueger, etc.) afin d'infecter et de tuer le plus grand nombre de personnes à l'écran. Cependant, les humains n'ont pas dit leur dernier mot et ils tenteront d'annihiler l'épidémie à coups de fusils, de lances-flammes, de grenades ou encore de... clowns. Rien n'est sérieux dans ce jeu, bien évidemment.

C'est donc dans un simili jeu de stratégie que l'on évolue et que l'on doit faire quelques choix judicieux pour réussir à remplir les objectifs de destruction de chaque niveau (temps limité, nombre de morts, utilisation d'un type de zombie spécifique, etc.). Pour chaque défi réussi et pour les morts, vous obtiendrez de l'or. Cette monnaie remplace les classiques points d'expérience en quelque sorte, puisqu'elle vous permet d'acheter des capacités nouvelles ou des points pour augmenter vos caractéristiques. Classique.

 

Note
5/10

Techniquement, Infectonator est simpliste que ce soit sur le plan graphique (deux frames par sprite seulement), sur le plan musical ou du point de vue du gameplay, puisque tout se joue finalement comme dans un jeu de la série Lemmings. L'intérêt réside donc dans le fait que Infectonator soit gratuit et accessible à bon nombre de téléphones. Un jeu à essayer sur les plages cet été pendant que vous lézardez au soleil, d'autant plus que vous en viendrez à bout en une heure ou deux seulement.

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

Mots-clés: Android, Action, Puzzle, Manoloben

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Penny Punching Princess, le test sur PS Vita

juin 15, 2018 Test - PS Vita Olivier B.
Penny Punching Princess, c’est joli et coloré à souhait. En un mot, c’est kawaï ! Mais le nouvel action-RPG nippon de NIS America sur PS Vita (et Nintendo Switch) cache bien son jeu : en réalité nous avons plutôt affaire à un jeu hardcore qui en rebutera plus d’un, console ou manette en main.
HeartS 10

Heart & Slash, le test sur Switch

juin 05, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
Heart & Slash est un jeu d’action qui a une petite réputation sur la scène des indépendants PC, du fait notamment des attentes formulées lors de son financement via la plate-forme Kickstarter. Sa conversion sur la console Switch disponible via l’eShop est donc une bonne occasion de nous y intéresser.

Avez-vous lu cet article?