Reigns le test sur Android

Logo

Maintenant disponible sur Android, iOS et Steam, on a décidé de tester encore une fois un jeu concept et minimaliste. Alors certes, la plate-forme mobile veut ça (même si c'est de moins en moins vrai) mais aussi et surtout parce que que chez Air-Gaming les concepts on aime ça...

 

03
Graphismes minimalistes mais des textes qui font souvent mouche.

Reigns se présente comme un jeu de cartes où l’on vous propose d'incarner un roi. Chaque carte vous pose une question et vous propose de choisir deux réponses, souvent un oui/non. Votre réponse impacte 4 jauges représentées par des symboles : Église (une croix), Peuple (un bonhomme), Armée (une épée), Argent (le sigle dollar).

Si l'une des jauges vient à atteindre son minimum ou son maximum, vous êtes mort, et remplacé par un nouveau roi.... Mais inutile d'avoir peur de mourir, car ici vous ne jouez pas véritablement un personnage, mais une lignée sur presque 1500 ans, ce qui vous donne (presque) le temps de voir venir. Je ne vous en dis pas plus pour vous laisser la surprise en cours de jeu.

Le premier élément du gameplay vous demande de bien mémoriser les cartes, un peu comme le principe de l'association des paires pour les petits. Sauf qu'ici vous aurez à vous souvenir non pas d'images, mais des conséquences des réponses et de les alterner en fonction de l'état des jauges.
Il ne faudra pas hésiter à laisser crever vos sujets de la peste pour faire baisser la jauge Peuple et protéger vos finances, alors que parfois ça sera l'inverse. Bienvenue dans le monde moderne, que même Machiavel trouverait froid et immoral...

S’il n'y avait que ça, Reigns serait tout au plus sympathique, mais guère plus. Le véritable intérêt réside dans la dimension jeu de rôle. Ainsi il vous faudra débloquer certaines cartes ou certains personnages (que vous gardez après votre mort) et certains objets (qui ne sont souvent actifs que durant votre règne).

A cela vous ajouterez certains petits jeux, telle l'exploration de souterrains, ou des combats d’épées avec des noms de bottes improbables.

 

 

Note
8/10
Comme on l'a dit, l'élément graphique de Reigns est (trop ?) minimaliste; à chacun d'apprécier, même si à titre personnel j'aurais préféré quelque chose de plus léché. Le concept est néanmoins vraiment très bon et très plaisant. L'écriture est résolument adulte, drôle et cynique. Autre élément appréciable: tout est en français. Une partie dure entre trois et quatre heures environ, mais il vous en faudra bien plus pour en faire le tour. Du coup, le prix de 3,4€ sur GooglePlay reste décent.
A noter qu'exceptionnellement ce test n'a pas été réalisé sur mobile iOS/Android mais à partir de la version Steam. 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

 

 

Mots-clés: Android, iOS, Aventure, Kuk, Livre Dont Vous Êtes le Héros

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Lego Worlds, le test sur Switch

octobre 10, 2017 Test - Nintendo Switch Angi
Disponible en early access depuis 2015 puis sorti il y a environ six mois sur PS4/PC/XBoxOne, Lego Worlds avait alors eu un accueil quelque peu mitigé. Nous n’avions pas eu l’occasion de le tester à l’époque, mais celui-ci arrive aujourd’hui sur Nintendo Switch. Nous allons donc aujourd’hui voir si jeu de construction légendaire et jeu vidéo…
170612 mort 1

(Gamescom 2017) Stand-Alone, Dishonored 2 est sauf

septembre 05, 2017 Hors-Sujet Benjamin
C’est dans une salle bien cachée du stand Bethesda qu’on a pu prendre en main Dishonored 2 : La Mort de l’Outsider durant une petite heure. La souris en main, bien installé dans un fauteuil pour Gamer, il a fallu réapprendre à jouer au combo clavier-souris (mon dernier jeu en vue à première personne est Skyrim). Afin que l’on puisse s’amuser…

Avez-vous lu cet article?