Punch Club, le test sur Android

 

punch club logo big x2
 

Punch Club nous avait interpellé lors de la Gamescom 2015. Il faut dire que le titre de Tiny Build fait dans un genre assez particulier : celui de la simulation de vie, celle d'un boxeur amateur... Les développeurs nous avaient promis de nombreuses interactions et possibilités. Le jeu est sorti au début de cette année 2016 sur iOS et Android (sans oublier Steam, mais cela ne nous regarde pas !), il est donc grand temps de s’intéresser à ce qu'il a... dans le short !

 

scr garage
L'entraînement est à la base de tout : ton ring, c’est ton garage !

Punch Club vous met dans la peau d'un jeune boxeur amateur dont le père a été assassiné. Vous devez vous entraîner tous les jours pour augmenter vos compétences en force, dextérité et endurance. Sauf que pour cela, vous devez vous nourrir, et que tout achat coûte de l'argent. Donc, pour atteindre vos objectifs, vous devrez prendre des petits boulots pour vous faire un petit pécule. Mais cela prendra du temps, et à la fin de la journée une partie des points gagnés dans les trois compétences disparaîtront... Vous voyez déjà le cycle infernal se mettre en place : s’entraîner, manger, dormir, combattre, travailler... Votre victoire sera à ce prix.

Dans Punch Club, les déplacements se font sur une mini-carte où, là aussi, le temps des déplacements sera comptabilisé. Vous alternez ainsi entre divers lieux, selon vos quêtes, qui se débloquent progressivement. Votre maison, la supérette du coin, la salle d’entraînement, diverses arènes de combat. Bref, il y a plus d'une vingtaine de lieux en tout.

 

scr prefight
"Personne ne frappe aussi fort que la vie"... Mais c'est mieux de bien se préparer.

Les combats sont importants car ils vous apportent des points pouvant être dépensés en achetant des techniques de combat ou des capacités qui sont extrêmement nombreuses. Elles se déclines à travers un arbre de compétences particulièrement fourni. D'ailleurs, en plus du tronc commun, trois écoles de combats sont déblocables : l'ours, resposant sur la force, le tigre basée sur la dextérité et la tortue relevant l’endurance. En combat, les phases se gèrent round par round. Vous pré-saisissez les actions de votre personnage : parades, coups-de-poings et de pieds, esquives, etc. Entre chaque round, vous avez tout loisir de modifier vos actions. Enfin, sachez que vous pourrez évoluer dans de nombreuses ligues de combats avec des adversaires de plus en plus coriaces. 

Punch Club est plutôt bien dosé et bien pensé, il propose une expérience tout à fait honnête pour les amateurs... Et ceci sans compter le scénario qui relève encore la qualité générale, à condition bien sûr d'aimer les allusions, parodies et autres moments complètement barrés tels qu'on pouvait les trouver dans bon nombre de nanars des années 1980/90. On vous laisse d’ailleurs la surprise de toutes les références cinématographique qui sont égrainées dans Punch Club : la série des Rocky, mais aussi Karaté Kids, les Tortues Ninja, Pulp Fiction, etc.

Quelques bugs d’affichages demeurent malgré tout dans notre version de test (1.12) mais rien de grave. De même, on remarque que le jeu rame parfois. Les graphismes sont en pixels art et rappellent les heures glorieuses de l'Amiga et de l'Atari ST. Les musiques ne sont pas en reste et si elles ne sont pas nombreuses, le son soundchip est nerveux et bien réalisé. On apprécie également une traduction française complète. Une extension nommée The Dark Fist, qui rajoute quelques heures de jeu, a été intégré gratuitement. Elle vous offre la possibilité de suivre la voie d'un justicier de la nuit... Le prix est actuellemment de 4,99€ sur Google Store et sur l'App Store.

 

Note
8/10
Punch Club est un mélange entre gestion et tactique, mâtinée d'un peu de jeu de rôle. Il aurait pu être un free-to-play assez bien équilibré, mais les développeurs en ont fait un jeu scénarisé à embranchements. Ceci n’empêche pas certains moments de stagnation avec des actions répétitives. Néanmoins, les développeurs on fait en sorte de régulièrement dynamiser le gameplay en apportant un lot de nouveautés. Bref, Punch Club est très bon pour qui aime le genre et l'humour décalé.
 
Jeu testé sur un HTC M8s, sur Android 5.1.

 

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

Mots-clés: Android, Simulation, Kuk, Tactique, Sport, Tiny Build

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…
10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…

Avez-vous lu cet article?