Mysterium, le test sur iOS

10

Croisement mystique de Dixit et Cluedo, Mysterium s’est fait une jolie petite place dans le cercle des jeux de société. Son adaptation vidéoludique, par Asmodee Digital, s’avérait donc ambitieuse. Mais contrairement au jeu, nous vous éviterons ici tout suspense : c’est une réelle réussite.

 

09
Les visuels des cartes et la réalisation de Mysterium procurent au titre une superbe esthétique.

A l’intention des malheureux ne connaissant pas encore Mysterium dans sa version physique, il serait un peu trop fastidieux d’en détailler ici les règles. Néanmoins, tentons de les résumer. Dans les années 20, une équipe de medium est en charge de résoudre des meurtres. A cet effet et pour chaque meurtre, elle est aidée par le fantôme de la victime. Celui-ci leur transmet ainsi des visions, pour les aiguiller sur la bonne piste.

Ainsi, tour après tour, chaque medium en herbe devra faire le lien entre la vision et les différentes options proposées. Afin d’établir une séquence regroupant, dans cet ordre : le suspect, le lieu du crime et l’arme utilisée. A la fin de la partie, les séquences établies par les différents mediums sont confrontées. Et dans un ultime effort, l’esprit ou disons le fantôme fournit aux enquêteurs de dernières visions, afin de choisir la bonne (et donc d’identifier le responsable du crime).

07
Lors de nos tentatives de jeu en ligne, de nombreuses sessions étaient disponibles. Un régal.

Nous espérons que vous y verrez un peu plus clair. En synthèse, le cœur du jeu consiste à choisir les bonnes cartes de suggestion si vous jouez le rôle du fantôme. Ou d’établir la bonne déduction, via les relations entre les cartes suggérées (visions) et disponibles (suspects, lieux et armes), si vous êtes enquêteur. Car oui, en fonction du mode de jeu, vous aurez la possibilité de jouer l’un ou l’autre des rôles. Un bon début.

Au niveau de la réalisation, Mysterium est tout simplement l’un des plus jeux du moment sur tablette. L’esthétique du jeu originel, reprise ici par ses cartes, offre d’emblée un écrin de choix. Mais l’habillage du titre est également à la hauteur. La direction artistique, sur les plans visuels et sonores, génère une ambiance sombre et mystique d’une réussite totale.

08
A la fin de chaque manche, chaque enquêteur sait s’il a fait le bon choix… Ou pas.

L’ergonomie du titre est également efficace, une fois tout de même les tutoriaux passés, histoire de bien cerner tous les mécanismes de Mysterium. Mais surtout, cerise sur le gâteau, les modes de jeux sont très nombreux : mode Histoire scénarisé (trop ?) généreux en lecture, parties locales avec joueurs humains ou IA, et enfin jeu en ligne. Lors de nos essais, ce dernier était plutôt fourni, sûrement grâce au système cross-platformes (iOS, Android et Steam). Enfin, deux DLCs sont déjà disponibles, ajoutant à chaque fois de nombreuses cartes de jeu et le renouvelant d’autant.

Le seul petit reproche que nous pourrions éventuellement reprocher à Mysterium concerne son interface un peu chargée, de par le système de jeu lui-même. De fait, nous conseillerons vivement un jeu sur tablette plutôt que sur smartphone. Mais tout de même, rien de mêchant.

 

Note
9/10
Doté d’un système de jeu efficace, d’une atmosphère singulière, d’une réalisation impeccable et de multiples modes de jeu en solo ou en ligne, l’adaptation de Mysterium est une réussite totale. Nous vous mettons au défi d’y mettre le nez plus de 10 minutes, et de ne pas avoir envie d’y retourner régulièrement. En tout cas, en tant qu’enquêteur ou fantôme, nous on y retourne !

 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

 

Mots-clés: Android, iOS, Angi, Jeu de Plateau/de Cartes

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…
10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…

Avez-vous lu cet article?