Mille Bornes, le test sur iOS

08

Dans la famille des classiques de notre enfance, le Mille Bornes tient assurément une place de choix. Alors, quand il débarque sur nos tablettes des années plus tard, on ne peut s’empêcher de l’accueillir la larme à l’œil… Et avec un peu d’appréhension, aussi, forcément. Voyons si les kilomètres passent toujours aussi bien.

 

10
L’interface du jeu est agréable et surtout très lisible, pour toute la famille.
Démarrez vos moteurs. Action. Dès son lancement, Mille bornes annonce la couleur : l’ambiance se veut légère, guillerette et avant tout familiale. L’habillage du jeu est ainsi très coloré et un poil enfant, mais surtout très agréable. Un menu simple et sommaire apparaît. On y trouve certaines options, avec notamment la possibilité de jouer tant en mode paysage que portrait (nous recommanderons ce dernier, tant pour des raisons esthétiques que de lisibilité). Le jeu se déroule sur un circuit, à la manière du jeu de plateau du Mille Bornes Dujardin.

 

La 1ère partie consiste en fait en un tutoriel, qui vous permettra de vous remémorer les règles du jeu. Sans les revoir en détail ici, il est toujours question d’être le premier à parcourir 1000 kilomètres pour emporter la partie. Entre temps, chaque participant joue une carte : des kilomètres bien entendu, mais aussi des pièges pour les adversaires (crevaison, feu rouge…), les remèdes associés et les fameux coups fourrés (offrant l’impunité à certains pièges, pour toute la durée de la partie). Tout est là.

 

Chaque partie peut accueillir jusqu’à 4 participants, essentiellement en local. Ceux-ci peuvent être humains ou IA, avec 2 niveaux de difficulté disponibles. Bien que sur un même écran partagé à tour de rôle, le jeu local s’avère très agréable et surtout possible grâce à une astuce très simple : chaque participant attend d’avoir à nouveau le smartphone ou la tablette en main avant de dévoiler ses cartes, puis joue. Ensuite, les cartes masquées du joueur suivant apparaissent à leur tour, jusqu’à ce qu’il ait l’écran en main pour les révéler, Etc.

09
Les plateaux / circuits supplémentaires offrent des variantes intéressantes, mais sont malheureusement peu nombreux.

En plus du plateau de jeu classique, Mille bornes vous permet de disposer de deux autres circuits proposant quelques variations. Un trajet à la campagne, avec des raccourcis, la pluie qui stoppe temporairement la partie ou une fée (!?) permettant de rejouer. Et un autre à travers le désert, comprenant par exemple des cactus générant une crevaison ou des mirages invitant chaque joueur à changer de cartes.

 

Deux circuits supplémentaires, c’est bien mais ça reste peu, à l’image de tout le jeu. Car si l’on n’a pas grand-chose à reprocher à Mille bornes, donc, on regrettera cependant que ce portage fasse le minimum syndical. Le visuel est beau et chaleureux, mais les animations sont pauvres à souhait.

 

La musique est agréable mais loin d’être inoubliable. Et surtout, la possibilité de jouer en ligne fait cruellement défaut. Histoire de terminer sur une note positive, le fait de quitter Mille borne en cours de jeu sauvegardera la partie en cours, permettant de la reprendre ultérieurement.

 

Note
7/10
Avec son prix modique et sa réalisation proprette, cette adaptation du Mille bornes se veut agréable et efficace... mais, malheureusement, également un peu fainéante. Ce qui est plutôt dommage, surtout quand on voit ce qu’Asmodee Digital a produit avec Mysterium par exemple, également testé sur Air-Gaming d’ici peu. Néanmoins, pour qui cherche une adaptation fidèle du jeu de plateau et un moyen pratiquer de jouer quelques parties locales à tout instant, son achat reste une valeur sûre. D’où cette note finale.

 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

 

Mots-clés: iOS, Angi, Jeu de Plateau/de Cartes

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…
10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…

Avez-vous lu cet article?