Shardlight le test sur iOS

06a

Il y a quelques temps et ici-même, nous vous livrions le test plutôt enthousiaste de Primordia, énième ersatz du retour en force du genre point and clic sur smartphones et tablettes. Egalement issu du studio Wadjet Eye Games, c’est de son frère cadet Shardlight dont il est question ici.

 

03
Exploration, options de dialogue, inventaire. Tous les codes du point and clic sont là.

Clic, lancement, action… ou plutôt réflexion. Le pari tenté par Shardlight saute aux yeux et flatte la rétine dès son lancement : mixer une ambiance post-apocalyptique sauce Fall Out et hommage au point and clic des familles. Ton grave et ambiance pesante pour la première, interface classique et réalisation rétro pour le second.

Shardlight vous place donc dans la peau d’Amy Wellard, mécanicienne propulsée au cœur des ruines d’une guerre nucléaire et malheureusement victime d’une terrible épidémie. Atteinte d’une maladie mortelle détruisant progressivement son système pulmonaire, celle-ci n’a que deux options possibles : souffrir et mourir, ou réaliser des missions au service du nouveau pouvoir en place (les Aristocrates) dans l’espoir de décrocher un ticket de loterie et ainsi accéder au vaccin. Passez votre chemin si vous êtes en quête d’humour. L’ambiance miséricordieuse, injuste et dramatique sera de rigueur. L’ensemble est soutenu par un scénario de très bonne facture, allant jusqu’à l’inclusion de considérations idéologiques et politiques.

 

08
Shardlight permet de mettre en surbrillance les interactions possibles.

Comme d’habitude, l’exploration scénaristique intégrera sa dose d’exploration, de rencontres, de dialogues, d’énigmes en tous genres,  d’utilisation et d’association d’objets. Sur ce dernier point, il nous semble important d’insister sur le fait que les puzzles répondent à une certaine logique, et sont donc rarement bloquants.

Les afficionados du point and clic trouveront probablement que l’ensemble manque de difficulté. Mais ce parti pris nous semble tout de même préférable aux énigmes tirées par les cheveux, que la plupart des joueurs résolvent finalement un peu par chance ou par hasard. Les seuls bémols se situent du côté d’une progression hyper-dirigiste et d’une durée de vie un tantinet courte, d’environ 6 heures.


 

16
Le titre comprend son quota d’énigmes et puzzles. A la difficulté bien dosée, pour une fois.
Du côté de la réalisation, les graphismes oldschool et pixellisés à souhait sont très réussis, à condition d’apprécier le style bien entendu. L’interface est classique mais efficace, bien entendu aidée par un  support tactile qui sied parfaitement au genre. La sauvegarde possible à tout moment et les différentes options proposées font le job. La bande-son est excellente, avec des musiques mélancoliques de qualité et une mention spéciale pour les doublages. Néanmoins prenez garde, les voix comme les textes sont intégralement en anglais, limitant malheureusement d’emblée le public potentiel du titre.

Note
7/10
Avec ses airs de revival Lucas Arts de la grande époque, son ambiance immersive à souhait et son scénario plutôt original, Shardlight est un excellent titre. Néanmoins, il souffre des mêmes défauts que son aîné, Primordia. Il ne lui manquait ainsi qu’une durée de vie un peu plus conséquente, et surtout des textes dans la langue de Molière, pour devenir un hit. Les amateurs du genre, anglophones pour l’heure, seront toutefois conquis.

 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

 

 

 

 

Mots-clés: iOS, Aventure, Point&Click, Angi

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…
téléchargement 2

Final Fantasy 2 (écrit le 07/02/2008)

juin 17, 2017 Test - PSP Benjamin
Square-Enix et Ubisoft ont eu la « bonne » idée de proposer les adaptations de Final Fantasy 1 et 2 sur PSP de manière séparée et non traduite. Voilà qui a fait grincer des dents beaucoup de joueurs, surtout lorsque l’on sait que la GBA, elle, a eu le droit à une compilation regroupant les deux titres dans et en français. Quel intérêt de se…

Avez-vous lu cet article?