A Normal Lost Phone, le test sur iOS

Anormal

Un téléphone à l’abandon, une absence de verrouillage basique et votre tendance à peine voilée au voyeurisme… Il n’en fallait pas plus pour que l’aventure commence. Et c’est ce dont il est question ici avec A Normal Lost Phone (ANLP), du Studio de développement Français Accidental Queens.

 

16730221 774006089419427 344667383130786197 n

Prévoyez beaucoup de lecture. Mais comme vous pourrez le voir ici,
le teasing efficace est également de mise.

Smartphone Sweet Smartphone
ANLP vous met donc entre les mains un smartphone retrouvé par hasard, aux premiers éléments accessibles. Vous l'aurez déjà compris, le principe ici va consister à explorer (SMS, Mails, Photos…) pour en tirer les informations utiles au déblocage des autres éléments, et surtout à la narration. Il faut bien l’avouer, le premier quart d’heure empli d’une lecture sans fin de SMS hors-contexte n’est pas très engageant...
Et puis… Et puis… On en arrive à repérer quelques points-clés de l’histoire, à se prendre d’affection pour quelques personnages, à toujours vouloir en savoir un peu plus. Au final l’immersion fonctionne, notamment grâce à une écriture de qualité. Sans vouloir trop en révéler, ANLP entend traiter de l’adolescence, de l’identité, et de la sexualité. La réussite est tant de mise de ce côté-là, que le titre parvient à éviter les poncifs et surtout à susciter l’humanité voire l’émotion. Sans savoir si ce point est vraiment volontaire ou pas, mais le jeu souligne aussi implicitement la nécessité d’éviter les mots de passe et autres codes de sécurité trop basiques.

iOS et Picasso sont dans un bateau
Côté réalisation, ANLP ne propose rien d’exceptionnel, mais il n’y a pas grand-chose à lui reprocher non plus. Comme vous pourrez le voir sur les captures d’écran de ce test, tout est dessiné – comprendre, non photo réaliste, mais c'est suffisamment bien fait pour que l’on ait vraiment l’impression de se retrouver face à un « vrai » smartphone. L’ergonomie est bien entendu parfaitement en phase avec le support. Enfin et pour ce qui est de sa bande-son, ANLP propose une playlist très paisible et variée, soutenant une ambiance qui n’est pas sans rappeler celle de Life is Strange par exemple. Comble du bonheur, il est possible de zapper d’un titre à l’autre à loisir.


Low battery
Jusqu’ici tout va bien, donc. Mais malheureusement, une fois le jeu en main et l’immersion en place, un souci survient très vite. Le titre repose assez classiquement sur un mécanisme d’énigmes éprouvé, via des indices à bien extraire ou interpréter pour débloquer la suite. Sauf qu’en tout et pour tout, le nombre des dites énigmes se porte à péniblement une dizaine. En substance, même si cette durée pourra varier en fonction de vos compétences de détective,  il vous faudra compter environ 2 heures pour boucler l’histoire d’ANLP. Et malheureusement, sa rejouabilité est quasiment nulle. Au final et malgré un ensemble encore une fois réussi, la sensation de plutôt se trouver face à la version démo d’un titre qui aurait pu (du) être plus complet prédomine.

Note
6/10
Entendons-nous bien. Le concept d’ANLP est aussi original qu’intéressant. La narration est de qualité et le titre défend avec brio la cause qu’il entend supporter. Mais nous sommes également ici pour tester la qualité vidéo-ludique du jeu.  Sur ce plan, on ne peut nier que le titre est aussi limité que court, ce qui est bien dommage. Une expérience immersive et intéressante donc, mais aussi extrêmement brève. Vous êtes prévenus.

 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

 

 

 

 

Mots-clés: Android, iOS, Aventure, Visual-Novel, Angi

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Lego Worlds, le test sur Switch

octobre 10, 2017 Test - Nintendo Switch Angi
Disponible en early access depuis 2015 puis sorti il y a environ six mois sur PS4/PC/XBoxOne, Lego Worlds avait alors eu un accueil quelque peu mitigé. Nous n’avions pas eu l’occasion de le tester à l’époque, mais celui-ci arrive aujourd’hui sur Nintendo Switch. Nous allons donc aujourd’hui voir si jeu de construction légendaire et jeu vidéo…
170612 mort 1

(Gamescom 2017) Stand-Alone, Dishonored 2 est sauf

septembre 05, 2017 Hors-Sujet Benjamin
C’est dans une salle bien cachée du stand Bethesda qu’on a pu prendre en main Dishonored 2 : La Mort de l’Outsider durant une petite heure. La souris en main, bien installé dans un fauteuil pour Gamer, il a fallu réapprendre à jouer au combo clavier-souris (mon dernier jeu en vue à première personne est Skyrim). Afin que l’on puisse s’amuser…

Avez-vous lu cet article?