Call of Cthultu, le test sur iPad

Call of Cthulhu The Wasted Land 2
VOUS REPRENDREZ BIEN UN PEU DE POULPE?

Le mythe de Cthulhu a déjà eu le droit à une adaptation sur iPhone/iPad avec Elder Sign: Omens HD (lire notre test). Cependant, celui-ci n'était pas le premier sur les plates-formes Apple et nous testons aujourd'hui pour vous son aîné, nommé Call of Cthulhu: The Wasted Land. On ne ressortira pas indemne de la rencontre car, tapi sous un jeu de stratégie tout à fait banal, se cache une véritable abomination.

 

Call of Cthulhu: The Wasted Land vous propose d'entrer dans la peau de soldats de l'Alliance durant la Seconde Guerre mondiale. Vous ferez face au département mystique de l'armée allemande, celui-ci souhaitant réveiller le Grand Ancien Tentaculaire pour les aider à gagner la guerre. Votre équipe, envoyée pour étudier ces agissements, comprendra très vite qu'elle sera la seule disponible pour contrer des plans machiavéliques.

Dès les premières secondes, on sent le jeu à budget serré. Au menu : un moteur 3D vieillissant, des textures floues, un monde fermé et statique, des animations douteuses et une magnifique surcouche de traduction hasardeuse. C'est donc une vision cauchemardesque qui s'offre à vous. Mais une fois vos pupilles habituées, vous pourrez enfin découvrir un cœur fondant et ensanglanté.

Car non contents de vous offrir un jeu de stratégie, les développeurs de Red Wasp Design arrosent le tout d'une couche non négligeable de jeu de rôle. Ainsi, chacun de vos personnages présente une quantité importante de caractéristiques, toutes améliorables en échange de quelques points d'expérience. La particularité est que l'expérience est partagée par tout le groupe. Résultat : vous pouvez constituer un « gros Bill » au détriment des autres membres de l'équipe. Cela serait intéressant si la mort d'un de vos combattants n'entraînait pas un game over. Résultat : une difficulté perfide, car la moindre action ou le moindre mauvais jet de dé peut créer un cercle infernal entraînant la mise à terre d'un humain pour en sauver un autre. Et cela, ainsi de suite jusqu'à ce que mort s'en suive

Pour survivre dans le monde dantesque de Call of Cthulhu: The Wasted Land, vous devez vous équiper en conséquence. Vous pouvez acheter armes, armures, livre de sorts, masques à gaz ou encore trousses de soins. Encore une fois, la difficulté est telle qu'une mauvaise préparation vous entraînera vers une mort certaine. Il en découle des règles imposées comme celle d'être toujours équipé d'un masque à gaz, ce qui occupe de fait un précieux emplacement d'équipement pour vos hommes. Un jeu de stratégie die and retry, donc.

Mais fort heureusement, tout n'est pas à jeter. Call of Cthulhu: The Wasted Land vous offrira de bons moments de stress à affronter de merveilleuses créatures lovecraftiennes qui pourront vous rendre fou. En effet, vos personnages disposent de trois jauges : une de vie, une d'action et une dernière de folie. Un homme ayant combattu trop d'abominations perdra pied, l'amenant à ne plus pouvoir combattre ou au contraire à devenir « maniaque », ce qui lui octroie un bonus non négligeable de points d'action au détriment de sa capacité à viser. Une sorte de chant du cygne, puisque le personnage tombera dans le coma à la fin du tour suivant.

Note
5/10
A la lecture de ce test, vous comprendrez que Call of Cthulhu: The Wasted Land sur iPhone/iPad n'est pas à mettre entre toutes les mains. En raison de sa difficulté, mais aussi en raison de sa finition qui est très loin de ce qu'attendent les joueurs mobiles aujourd'hui. Même la maniabilité n'est pas précise et les tutoriels mal traduits n'aident en rien. A cela s'ajoutent les sauvegardes automatiques et uniques. Résultat, le jeu se transforme sans le vouloir en une sorte de Rogue-like où la moindre erreur de jugement sur la distribution des points d'expérience ou de l'équipement pourra tout simplement vous gâcher une partie. Et après une dizaine de missions, la pilule est dure à avaler. A acheter en connaissance de cause donc, car Call of Cthulhu: The Wasted Land possède un vrai potentiel. 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

 

 

Mots-clés: RPG, Action, iPad, Manoloben, Call of Cthultu

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

05

(GCE2017) Figment, le monde des rêves et de la musique bientôt sur Switch

novembre 12, 2017 Reportages Aymerick
Figment est un jeu d’action aventure, onirique, ayant une dimension musicale assez importante et prévu sur Switch en février 2018 (mais déjà disponible sur Steam). On ne révélera rien d'une introduction ayant une charge émotionnelle assez forte. De manière assez surprenante, le ton du jeu est beaucoup plus léger que l'intro, même si on se retrouve…
10

(GCE2017) Stay une aventure pixel sur Switch et mobiles

novembre 12, 2017 Reportages Aymerick
A la Game Connection Europe, on a pu essayé quelques titres issus de studios européens. Stay est de ceux-là. Il est développé par un petit studio catalan espagnol (choisi ton camp camarade...), prévu pour Switch en mai 2018 et pour téléphones mobiles après cette date. Un homme se réveille prisonnier dans un bâtiment abandonné. Cependant, un PC lui…

Avez-vous lu cet article?