RollerCoaster Tycoon 3D, le test sur 3DS

RollerCoasterTycoon3DS211

Ah les soldes, le parfait moment pour craquer ! C’est d’ailleurs ainsi que j’ai appris l’existence de RollerCoaster Tycoon 3D sur Nintendo 3DS. Connaissant le titre sur version PC depuis de nombreuses années, et étant un grand fan de la série, j’ai succombé. Pour 10€ (prix constaté en juillet 2015) je ne prenais pas de grand risque. Et puis Theme Park m’a tellement déçu. Alors Atari, on remonte la pente ?

 

Déjà trois ans que le titre est sorti, comment ai-je pu louper ça ? C’est avec angoisse que j’insère la cartouche lance le jeu. L’écran titre rappel à moi la nostalgie des précédents opus avec une quantité de photos dont je reconnais la provenance : RollerCoasterTycoon 2 bien entendu ! Le jeu laisse à penser qu’il y aura du choix dans mon style de jeu. Un mode histoire avec de nombreux mini-scénarii, un mode classique où l’on vous laissera la liberté de prospérer, puis le mode construction de RollerCoaster pour ensuite mieux les intégrer à vos parcs. N’étant pas née de la dernière pluie, j’attaquai par le gros poisson, celui où vous êtes libre de vous planter tel un wagonnet un peu trop rapide dans un tournant. Le mode Classique.

La première prise en main avec le jeu n’a pas été intuitive, cependant en quelques minutes on prend le pli, les icônes étant presque compréhensibles. De même, la possibilité de dessiner les chemins piétons est un vrai plus. Cependant à l’instar de Theme Park, il y a un vrai manque de cohérence. L’obligation pour créer 4 mètres d’un RollerCoaster de cliquer 3 à 4 fois est juste horrible. On ne parle même pas des éléments de décor qui devront être sélectionnés un par un dans les menus adéquats, je sens qu’on va passer du temps à planter des arbres. Mais se dessiner à l’horizon une menace bien pire. Ce que j’ai pris pour un bug après 30 minutes de jeu est une limitation du titre. En effet pour s’assurer que notre petite 3DS puisse supporter la charge d’un jeu bac à sable. Les développeurs ont cru bon de limiter le nombre d’éléments disposable pour chaque famille. Ainsi, vous découvrirez une limitation sur les chemins (environ centaines dalles), une limitation sur les RollerCoaster (3 ou 4 de bonne taille), boutiques, manèges classiques tout y passe.

C’est donc après avoir « rempli » un quart de mon parc que je fulmine après le jeu. Comment peut-on en arriver là ? Et surtout si mal équilibrer capacités. Le premier à bloquer sera toujours les chemins, le second les RollerCoaster. Juste les deux Éléments nécessaires du jeu. Bon, ce n’est pas grave, c’est peut-être une faute relative au mode classique. Malheureusement pour nous le mode histoire sera du même acabit, la liberté étant juste réduite. On ne notera (sans en être vraiment sûr) une pointe d’humour cynique dans les échanges entre les protagonistes du mode histoire, mais rien de bien attachant ou passionnant.

 

Note
3/10

C’est donc encore une fois une déception sur Nintendo 3DS où les simulations sont trop souvent incomplètes par rapport à leur grande sœur sur PC. Promis, je vais me désintoxiquer et arrêter d’acheter des jeux par nostalgie. Car Electronics Arts et Atari l'ont bien compris, les trentenaires craquaient trop facilement. Faites de même !

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

Mots-clés: Manoloben, Nintendo 3DS, New 3DS, RollerCoaster, Tycoon

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10Header

NeuroVoider, le test sur Switch

décembre 13, 2017 Test - Nintendo Switch Aymerick
Derrière NeuroVoider et le studio Flying Oak Games se cachent seulement deux personnes (un graphiste et un programmeur) qui ont réalisé un shoot 2D tout en pixels sorti en septembre 2016 sur Steam. A l’époque, le titre paraissait intéressant et on attendait avec impatience une version PS Vita qui n’est pas venue (pour le moment ?). Quand…
05

(GCE2017) Figment, le monde des rêves et de la musique bientôt sur Switch

novembre 12, 2017 Reportages Aymerick
Figment est un jeu d’action aventure, onirique, ayant une dimension musicale assez importante et prévu sur Switch en février 2018 (mais déjà disponible sur Steam). On ne révélera rien d'une introduction ayant une charge émotionnelle assez forte. De manière assez surprenante, le ton du jeu est beaucoup plus léger que l'intro, même si on se retrouve…

Avez-vous lu cet article?