3D Streets of Rage, le test sur 3DS

StreetofRage
LA MODE DE L'EPOQUE EST EFFRAYANTE!

3D Street of Rage, le doux mythe de la Dreamcast… Désormais nous nous sommes faits à l’idée, et sous cette appellation « trompeuse » Sega nous propose une version 3DS de son hit de l’époque. Rien de bien neuf sous le soleil, puisqu’il s’agira comme pour toute la gamme Sega Classic d’émulation avec quelques ajouts plus ou moins visibles. La version de Galaxy Force II faisait d’ailleurs très forte sur ce point avec un pseudo-simulateur de la borne d’arcade. À défaut d’arcade, le jeu n’étant sorti que sur Megadrive a-t-on une innovation qui pousserait à l’achat sur cette nouvelle version ?

Tout d’abord, il y a un jeu, un Beat-Them-All qui a marqué son époque. Une époque où pour jouer à un jeu de ce type de qualité, il fallait dépenser quelques dizaines de francs dans la borne d’arcade de votre café préféré. (ah 64th Street A Detective Story que de souvenir)

Le jeu possédait une véritable identité, car il ne copiait pas honteusement ses prédécesseurs. Certes, nous avions trois flics qui souhaitaient débarrasser la ville de la mafia, certes une fille se faisait enlever (comme dans Double Dragon), certes il y avait cette capacité à attraper les méchants pour leur mettre quelques coups de genoux suivis d’un German-suplex. Mais Street of Rage, c’était bien plus, déjà le jeu se jouait à 3 boutons (rigolez, c’était nouveau !), un pour le saut, un pour frapper, le dernier pour lancer un coup spécial dévastateur via vos collègues qui viennent en renfort avec un bazooka, rien de moins ! Le jeu a aussi été salué pour sa musique très techno/electro faite sur un synthétiseur Bontampis, mais vraiment agréable et s’alliant bien au style de jeu. En parlant d’alliances, j’oubliais le meilleur, car Street of Rage faisait la part belle à la coopération. En effet, vous pouviez vous aider de votre propre allier pour effectuer un saut dévastateur sur les ennemis. Revers de la médaille le « Friendly-Fire » était aussi activé avec toutes les conséquences et querelles qui peuvent en découler. Ensuite, le jeu était long (8 niveaux) que l’on pût terminer en 2 ou 3 heures suivant le niveau de difficulté, quasiment chaque niveau était clôturé par un boss souvent bien plus grand et fort que vous. Mieux encore le jeu possédait plusieurs fins, qui en mode 2 joueurs pouvaient vous amener à vous battre l’un contre l’autre jusqu’à la perte totale de vos vies et « continues ». Graphiquement bien que ternes, les spirites étaient fin et assez bien animé, ils le sauront encore mieux par la suite, mais c’est une autre histoire.

Tout d’abord, vous aurez le choix entre les deux versions du jeu européenne ou japonaise. Mais honnête sur cette version les différences ne sont visible que sur l’écran titre (puisque le titre n’est pas le même). C’est donc une fausse bonne idée, mais qui on l’espère sera reprise sur Street of Rage 2 qui sort cet été, car dans ce cas le jeu possède de véritables différences. Autre ajout la possibilité d’avoir un écran flouté façon téléviseur (mais vieux téléviseur)… oui, aucun intérêt ! La possibilité d’émulation Megadrive 1 ou 2, qui j’imagine influx sur la partie sonore… mais là encore cela n’apporte rien d’audible pour l’oreille de monsieur tout le monde. Bon il nous reste l’effet 3D, en relief ou profondeur, la différence entre les deux ne sautera pas aux yeux puisque la 3D est à peine visible. Finissons avec le mode deux joueurs qui n’est disponibles qu’en local avec deux versions du jeu acheté sur l’E-shop vu que l’on ne peut partager un compte sur deux consoles en même temps… Alors heureux ?

Note
5/10

Eh bien non, on ne peut pas être heureux quand on voit l’effort qui peut être fait sur d’autres jeux de la Megadrive. Ici, on aura une refonte à peine digne d’un émulateur gratuit. La partie 3D étant juste absente. Pour 4,99€ ce qui dans le cas d’un Galaxy Force II était honnête, ici rien ne pousse à vouloir redécouvrir ce vieux hit qui malheureusement a assez mal veillit. De plus, le second opus bien meilleurs et beaucoup plus acceptable d'un point de vu technique en 2015 sortira bientôt. Mais bon sens, Monsieur Sega où êtes-vous ?

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

 

 

 

Mots-clés: Manoloben, Nintendo 3DS, New 3DS, Street of Rage

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10a

The Warlock of Firetop Mountain, le test

août 14, 2017 Test - iOS Angi
Déjà porteur d’une réputation plutôt flatteuse sur Steam, The Warlock of Firetop Mountain (TWFM) du studio Tin Min Games débarque aujourd’hui sur Ipad – un support qui semble tout à fait adapté au genre. En effet, il s’agit de l’adaptation d’un Livre dont vous êtes le héros, écrit par Steve Jackson et Ian Livingstone en 1982. Le jeu se présente…
ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…

Avez-vous lu cet article?