Bravely Default, le test sur 3DS

slide character four
FAIRY TALE !

Bravely Default c'est le jeu en complète contradiction avec les tendances du moment : un petit studio, Silicon Studio, peu connu du grand public, sort un RPG dans la pure logique japonaise, sans licence et sur Nintendo 3DS... On attend le bide, et on se retrouve avec un des meilleurs RPG de cette console.

 

char screen breakdown1
Des combats au tour par tour.

 La trame est celle de pas mal de RPG japonais, un jeune berger vit paisiblement dans son village quand un énorme affaissement tectonique détruit toute la zone laissant un énorme cratère, le laissant comme unique survivant. Rapidement accompagnés par une vestale épaulée d'une petite fée, de la fille du général ennemi et d'un jeune homme amnésique, ils se lancent dans une vaste quête contre un empire maléfique, et la reconquête de cristaux censés sauver le monde…
La vivacité scénaristique viendra des multiples petites cut scène qui dévoileront les diverses personnalités des personnages comme des ennemis. Bien sur cette histoire bien manichéenne cache une vérité plus contrastée... En tout cas l'excuse est assez dynamique, sauf peut être sur la fin, pour vous enfiler plusieurs donjon sur divers continents.

 La mécanique de jeu est particulièrement fine et bien pensée. En effet on vous offre la possibilité d'incarner deux classes en même temps (une classe dominante et une sous-classe) parmi 24 classes. Si beaucoup sont assez classiques (le free-lance, le touche à tout; le moine, pour des combats à mains nues; le mage blanc, pour le soin, etc.) d'autres ont vraiment une utilisation originale (le chevalier noir, qui perd de la vie pour augmenter ses attaques; le maître des potions qui a besoin d'ingrédients, etc.). Comme chaque classe offre plusieurs compétences particulières ainsi que des coups spéciaux à débloquer, sachant qu'il est permis d'associer des compétences de soutien issues de toutes les classes que l'on a débloquées, le jeu ouvre donc sur des possibilités extrêmement larges.

Les déplacements se font en temps réel sur une carte ou dans les donjons, puis pour chaque rencontre d'ennemis non visible, un mode combat s'enclenche  avec une vue de profile et du tour par tour. On peut régler de nombreuses options à tout moment, comme l'importance des rencontres des ennemis aléatoires, ou l'enclenchement de sauvegarde automatique.  
Au passage on peut également régler les voix en anglais ou japonais ainsi que la langue de traduction (notamment une tres bonne traduction française, car il est toujours bon de  signaler  quelquechose qui devient de plus en plus rare).

slide streetpass1
La reconstruction du village du héros.

Un certain nombre de fonctions utilisent le Street Pass. D'abord on peut associer ses amis aux personnages et les invoquer comme soutien dans la partie. Durant le jeu on a également la possibilité de reconstruire le village détruit du héros. On affectera un certain nombre de villageois plus les gens qu'on a croisés ayant le jeu . Ainsi vous aurez accès à des potions et des armes plus puissantes que ceux proposer dans les magasins. 

Et enfin derniers points, mais pas des moindres, la réalisation est exceptionnelle. Les personnages sont très bien réalisés, dans un style Kawai et légèrement Super Déformed (tête légèrement plus grosse), avec un rendu des armes et boucliers. Mais un soin tout particulier a été apporté à certains décors, les villes notamment impressionnent avec un rendu très "peinture". L'effet est d'autant plus saisissant qu'il y a un zoom automatique quand on bouge ou quand on ne fait rien. Le rendu 3D est juste magnifique à ce moment, par contre cette fonction est plus anecdotique dans les autres endroits du jeu notamment les donjons et les combats. Pour ne rien gâcher, la musique est très réussie, et vous accompagne tout du long sans qu'on ait envie de l'éteindre, même après 100 heures de jeu...

 

Note
10/10
Au final on se retrouve avec un RPG à la mode japonaise, assez classique en somme, mais très bien réalisée techniquement, avec des mécaniques de jeu bien huilé, des personnages attachants, et une aventure qui se révèle bien moins niaise que prévu. On regrettera peut-être une certaine propension à la nécessité de monter le niveau des personnages régulièrement. En tout cas c'est un jeu à posséder absolument pour tout amateur de RPG ayant une 3DS.

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

Mots-clés: RPG, Kuk, Nintendo 3DS

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Lego Worlds, le test sur Switch

octobre 10, 2017 Test - Nintendo Switch Angi
Disponible en early access depuis 2015 puis sorti il y a environ six mois sur PS4/PC/XBoxOne, Lego Worlds avait alors eu un accueil quelque peu mitigé. Nous n’avions pas eu l’occasion de le tester à l’époque, mais celui-ci arrive aujourd’hui sur Nintendo Switch. Nous allons donc aujourd’hui voir si jeu de construction légendaire et jeu vidéo…
170612 mort 1

(Gamescom 2017) Stand-Alone, Dishonored 2 est sauf

septembre 05, 2017 Hors-Sujet Benjamin
C’est dans une salle bien cachée du stand Bethesda qu’on a pu prendre en main Dishonored 2 : La Mort de l’Outsider durant une petite heure. La souris en main, bien installé dans un fauteuil pour Gamer, il a fallu réapprendre à jouer au combo clavier-souris (mon dernier jeu en vue à première personne est Skyrim). Afin que l’on puisse s’amuser…

Avez-vous lu cet article?