3D Galaxy Force II, le test sur 3DS

GalaxyForceII5
QUI SE SOUVIENT DU I?

J'étais totalement sceptique face aux nombreux remakes "Sega Classic". Je me méfiais de ces jeux comme du dernier film en "3D". Souvent, on attend le moment où l'on en aura plein la vue pendant deux heures et on ressort de la salle déçue. 3D Galaxy Force II pour moi n'échapperait pas à la règle. Je l'ai acheté lors de promotion pour 3€. Un prix que j'estimais juste pour une cartouche "loose" sur Megadrive. Alors, pourquoi ne pas les dépenser pour un jeu dématérialisé sur 3DS...

On lance le jeu, qui comme prévu, n'apporte aucune surprise. Le jeu est génial! Aussi bon qu'avant, rapide, nerveux, limite bordélique, tout ce que j'aime dans Galaxy Force et que je trouvais mauvais sur un Space Harrier. Bon, je tente le premier niveau, je meurs au deuxième. C'est presque normal pour du Galaxy Force, c'est un jeu DUR comme on en faisait beaucoup à l'époque. Ce qui n'est pas gênant et plutôt bienvenu. Ainsi la durée de vie ne se limite pas à traverser les 6 mondes du jeu, auquel cas il se bouclerait en 30 malheureuses minutes. Mais cette difficulté m'a lancé à la recherche des options du jeu. Une fois celles-ci trouvées, on entre dans une véritable caverne d'Ali Baba. Énormément de choses sont configurables, que ce soit la vitesse de dépense de l'énergie du vaisseau (la jauge représentant votre vie, mais aussi l'essence). L'accessibilité à un bouclier pour éviter les dommages, votre énergie de départ, mais aussi la difficulté. Et pour le moment on n'a qu’aperçu les options de Gameplay. Ensuite nous trouverons les commandes inversées ou non, la gestion des pads circulaires (pad pro accepté, sauf sur New 3DS En pleur), la taille de l'écran , mais même la borne d'arcade utilisée. Dans ce dernier cas, le jeu peut vous donner la sensation d'être à l'intérieur d'un simulateur qui bouge avec une structure visible à l'écran. Clairement, les développeurs ne sont pas allés de mains-mortes sur les options du titre. 

Note
9/10
C'est d'ailleurs pour notre plus grand plaisir, car le titre s'apprécie d'autant plus avec toutes ses petites options. Ajouter à cela, une 3D visible, qui dans certains niveaux vous fera perdre la tête et vous avez pour moi l'un des meilleurs remakes de jeu Megadrive. Certes, ils n'ont rien changé à l'original, mais ils l'ont très bien adapté à notre console portable. Rien que pour ça, il mérite les quelques euros nécessaires à son achat.

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

Mots-clés: Manoloben, Nintendo 3DS, New 3DS, Galaxy Force

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Penny Punching Princess, le test sur PS Vita

juin 15, 2018 Test - PS Vita Olivier B.
Penny Punching Princess, c’est joli et coloré à souhait. En un mot, c’est kawaï ! Mais le nouvel action-RPG nippon de NIS America sur PS Vita (et Nintendo Switch) cache bien son jeu : en réalité nous avons plutôt affaire à un jeu hardcore qui en rebutera plus d’un, console ou manette en main.
HeartS 10

Heart & Slash, le test sur Switch

juin 05, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
Heart & Slash est un jeu d’action qui a une petite réputation sur la scène des indépendants PC, du fait notamment des attentes formulées lors de son financement via la plate-forme Kickstarter. Sa conversion sur la console Switch disponible via l’eShop est donc une bonne occasion de nous y intéresser.

Avez-vous lu cet article?