Stealth Inc.: A Clone in the Dark, le test sur PS Vita

Stealth Bastard 4
ON VOUS PREND POUR UN CLONE?

Il y a des jeux qui font l’unanimité. Stealth Inc: A Clone in the Dark semble être de cette trempe. Pourtant, après plusieurs heures passées à jouer à ce titre, nous ne sommes pas aussi unanimes. Voire même peut-être à contre-courant…

Première partie et l’on prend connaissance du physique du héros de ce jeu d’infiltration. Un clone bedonnant avec des lunettes. Puis, on découvre un vague laboratoire se découpant en salles à la manière d’un Portal. Mais la comparaison s’arrêtera là. Dans Stealth Inc: A Clone in the Dark, point de scénario poussé. Ici, vous subirez les fourberies des level designers et puis c’est tout ! Car le titre s’inscrit dans la droite lignée de jeux de type « die and retry » et votre seule envie sera de trouver le point de contrôle suivant pour souffler un peu. Stealth Inc: A Clone in the Dark met en avant une réelle difficulté qui pourra être atténuée si vous prenez le temps de débloquer les costumes spéciaux de votre clone, chacun disposant d’une capacité qui vous permettra d’échapper à une mort prématurée. A ce sujet, la mort est représentée de façon « gore ». Le jeu est donc à déconseiller aux jeunes joueurs.

Côté infiltration, Stealth Inc: A Clone in the Dark gère très bien les zones d’ombre ou de lumière et vous serez toujours informés de votre statut grâce à la couleur des lunettes. Rouges, vous êtes visible. Vert, tout va bien ! Les robots et pièges du laboratoire sont nombreux à vous attendre dans la lumière. De plus, les niveaux ont une fâcheuse tendance à se modifier au fur et à mesure de votre avancée. Et les zones d’ombres aussi, par la même occasion. Revers de la médaille, il devient très difficile de prévoir ces évolutions et bien souvent, vous ne les découvrirez que par la répétition des parties.

Note
5/10
Stealth Inc: A Clone in the Dark fait preuve d’un certain charisme avec sa bande son sympathique. Il possède aussi une durée de vie honorable avec ses 80 niveaux et surtout, son éditeur. Le titre propose d’ailleurs le meilleur rapport qualité/quantité-prix pour ce type de jeu sur PS Vita. Le véritable problème, c’est l’ennui qui s’installe après quelques heures d’exploration. Le jeu ne donne aucune raison d’en venir à bout, on peut même passer les niveaux… Résultat, Stealth Inc: A Clone in the Dark perdra en cours de route tous ceux qui ne sont pas des acharnés du pad. D’autres joueurs l’abandonneront un temps, en se promettant d’y revenir. Chose que l’on ne fera pas.

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

Mots-clés: PS Vita, Manoloben, Infiltration, Stealth Inc.

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…
téléchargement 2

Final Fantasy 2 (écrit le 07/02/2008)

juin 17, 2017 Test - PSP Benjamin
Square-Enix et Ubisoft ont eu la « bonne » idée de proposer les adaptations de Final Fantasy 1 et 2 sur PSP de manière séparée et non traduite. Voilà qui a fait grincer des dents beaucoup de joueurs, surtout lorsque l’on sait que la GBA, elle, a eu le droit à une compilation regroupant les deux titres dans et en français. Quel intérêt de se…

Avez-vous lu cet article?