Tokyo Tatoo Girls, le test sur PS Vita

tokyotattoogirls banner

Six héroïnes doivent conquérir la ville de Tokyo désormais ravagée et coupée du monde, avec pour seules armes les tatouages traditionnels japonais dont vous couvrirez leurs corps de frêles jeunes filles. Il n'en fallait pas moins pour que Tokyo Tatoo Girls, une production japonaise improbablement disponible sur PS Vita en Europe, n’emballe les otakus de la rédaction...

 

02
La carte est le jeu.

Première douche froide : Tokyo Tatoo Girls est un jeu de stratégie, mais avec très peu de paramètres à votre disposition. Seulement six actions sont possibles au début de jeu : recruter des punks ou des femmes de clans ennemis, empêcher des attaques, gagner un peu d'honneur, etc. Cinq autres actions sont déblocables après de multiples parties.

Globalement, le jeu se résume à surveiller une carte assez minimaliste des 23 arrondissements de Tokyo pour accroître le nombre de vos fidèles, face aux deux autres clans, les punks et vos "ennemis" (selon la terminologie employée dans le jeu).

Plus vous avez de fidèles, plus vous aurez d'argent à dépenser pour enclencher les actions. Pour compléter vos revenus, vous aurez à cliquer sur des valises de billets qui apparaissent aléatoirement sur la carte ou jouer à des jeux de dés. L'argent vous permet également de réaliser des tatouages qui influenceront vos différentes statistiques de recrutement, de gain d'honneur, de défense, etc.

03
J'ai gagné ma belle image.

Une fois la population d'un district totalement acquise, vous rencontrez le boss du clan adverse qui personnifie le quartier (une modèle, une hôtesse de l'air, une chef de gare, etc.). Le combat est gagné de manière automatique et sytématique, mais seule une des trois réponses qui vous est demandée débloque l'image de victoire... On remarque que les dialogues entre les vingt-trois cheftaines de territoires et les six héroïnes sont spécifiques bien que sans grand intérêt. 

Et puis ? Et puis c'est tout...

 

04
Tatouages développés à leur maximum.

Comme vous pouvez le constater, les interactions dans Tokyo Tatoo Girls sont plus que limitées et se résument souvent à cliquer sur les valises d'argent pour pouvoir acheté des tatouages.

Si ceux-ci sont spécifique à chaque héroïne, votre action se résume à sélectionner une zone prédéfinie du dos de la jeune fille pour enclencher le niveau de finition du tatouage qui à déjà été assigné... Celui-ci a ainsi trois niveaux de puissance, selon la finition.

 

Note
1/10
La dimension stratégique est nébuleuse, l'élément érotisant des tatouages complètement scripté, le scénario insipide avec une série de dialogues sans une once d'originalité... En fait, je dirais que Tokyo Tatoo Girls n'est pas "mauvais", il n'a juste aucun intérêt sur PS Vita... En l'état, c'est un petit jeu mobile pour collectionner des dessins de filles tatouées qui devrait être vendu 1€. Quand on voit que certains très bon titres PS Vita du catalogue de NIS America n'ont pas eu le droit à une édition physique en Occident, on ne comprend pas ce choix absurde.

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

 

 

Mots-clés: PS Vita, Kuk, PSN, Tactique, NIS America

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

06a

SteamWorld Heist: Ultimate Edition, le test sur Switch

février 07, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
SteamWorld Heist ressort dans une version "ultime" sur Switch, après son développement pour la 3DS et une adaptation sur PS Vita (et Wii U). Comme on avait particulièrement apprécié la version PS Vita, on a renouvelé l'expérience sur la dernière console de Nintendo.
eShop

Nintendo, et ses taux de conversion Or

février 14, 2018 Edito Aymerick
Le 8 février dernier, Nintendo a enfin communiqué sur son offre My Nintendo relative à la console Switch. Cela fait maintenant un an que cette console est sortie en France, mais l'offre de fidélité qui lui est associée est plus que limitée : les points cadeaux obtenus à l'achat de jeux Switch n'étaient que convertibles en jeux 3DS et Wii U.…

Avez-vous lu cet article?