Fez, le test sur PS Vita

Fez 6
FEZAIT PAS CE QU'IL DIT!

Bien que le titre du jeu de Polytron Corporation ait une certaine ressemblance avec les bonbons Pez, nous n'avons pas affaire à un énième clone de Candy Crush Saga. En effet, Fez s’est fait connaître sur PC il y a plusieurs années comme un très bon puzzle game/jeu de plates-formes indépendant, et nous avons enfin une version PS Vita à se mettre sous la dent après de très (trop ?) longs mois d’attente. Il faut dire qu'une version plus qu’aboutie était déjà disponible à l'essai lors de Gamescom en 2013...

Nous vous le disions, Fez est connu pour ses qualités, mais aussi pour son auteur, Phil Fish, qui a su nous donner de nombreuses raisons de le détester en raison de son comportement et de ses diverses déclarations. Mais comme le dit l’adage, il n’y a pas de mauvaise publicité et on peut penser que pour ces mêmes raisons son titre - qui ne connaîtra finalement jamais de suite - a connu un certain succès sur PC et Xbox 360 alors qu’il avait été beaucoup critiqué. Sachez que l’auteur original ne souhaite plus toucher à son jeu.

Ces quelques lignes ne sont pas là pour vous décourager à découvrir Fez, bien au contraire, car le titre vaut le détour. Si vous souhaitez jouer et terminer Fez, il faut être motivé, geek et aimer les puzzles tordus. L’histoire n’a que peu d’intérêt, vous êtes une petite « chose » blanche évoluant dans un monde 2D. Un jour, vous recevez un courrier du chef/ermite/borgne de la tribu, celui-ci vous demandant de venir expressément. À l’issue de la rencontre, vous héritez d’un Fez qui vous permettra de changer de perspective. Pas de chance, la passation de pouvoir s’est mal passée, et les cubes « sacrés » du monde se sont éparpillés. À vous de les retrouver ! Voici le prétexte donné pour vous faire traverser des dizaines de mondes-énigmes, chacun présentant puzzles, cubes, anti-cubes, cartes aux trésors, artefacts ou portes vers d’autres mondes. Autant d’objets à dénicher qui servent à augmenter considérablement la durée de vie et la replay-value du titre. De ce côté-là, Fez est très fort et pour peu que vous appréciiez les puzzles games, vous pourriez être comblé…

Enfin, cela serait vrai si Fez ne s’adressait pas qu’au geek qui sommeille en vous. Il vous faudra une bonne culture informatique - compter en binaire ou traduire de l’hexadécimal seront vos activités favorites - mais aussi une culture médiévale fantastique - Tolkien en tête - ou encore de la patience, car certaines énigmes ne peuvent être résolues qu’à certaines « heures ». Et là, ça coince sévèrement. Car ceux qui ne sont pas adeptes du « 42 » passeront rapidement leur chemin, pestant après un jeu incompréhensible. Les autres seront sûrement achevés par le système de changement de perspective qui peut parfois amener de « petits » bogues de collision et la chute mortelle qui va avec. Heureusement, la mort n’est qu’une étape, et vous serez très rapidement remis sur pied sur la dernière plate-forme stable traversée. Certes, vous pourriez vous contenter de la première mission du jeu (trouver des cubes jaunes), mais vous limiter à celle-ci réduit considérablement la durée de vie et surtout rend le jeu basique voir inintéressant.

Du côté des nouveautés, que dire... C'est le calme plat, le changement de perspective activé par le touchpanel arrière de la PS Vita est anecdotique, quand celui-ci n’est pas gênant. Quelques énigmes ont été changées pour mieux coller aux contrôles de la console, et c'est à peu près tout... On notera juste que le jeu à une fâcheuse tendance à vouloir se connecter à internet à chaque sortie de veille, sans aucune raison évoquée, la documentation se limitant à huit petites icônes explicatives concernant les contrôles.

Note
3/10
Une conclusion de test classique, pour ce genre de jeu, se voudrait en demi-teinte. Mais pas pour nous, car Fez, bien qu’ayant des défauts, mérite d’être joué et rejoué. Il vous propose pour quelques euros - et une certaine ouverture d’esprit - un sacré challenge. Si vous êtes de cette race de geeks, vous le connaissez d'ailleurs sûrement déjà. Auquel cas vous l’avez déjà acheté. Sinon qu’attendez-vous ? Pour les néophytes, vous devrez vous questionner avant de passer à la caisse : serez-vous capable de revoir votre géométrie, vos mathématiques et enfin de comprendre la blague suivante : « Le monde comporte 10 types de gens, ceux qui savent compter en binaire et... les autres » ?

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

Mots-clés: PS Vita, Puzzle, Manoloben, Fez, Plate-forme

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10a

The Warlock of Firetop Mountain, le test

août 14, 2017 Test - iOS Angi
Déjà porteur d’une réputation plutôt flatteuse sur Steam, The Warlock of Firetop Mountain (TWFM) du studio Tin Min Games débarque aujourd’hui sur Ipad – un support qui semble tout à fait adapté au genre. En effet, il s’agit de l’adaptation d’un Livre dont vous êtes le héros, écrit par Steve Jackson et Ian Livingstone en 1982. Le jeu se présente…
IMG 81191

(Jeu-Concours) découvre le code et tente de gagner une console et tout un tas d'autres cadeaux!

août 15, 2017 Edito Benjamin
On l'a promis, c'est enfin sur les rails, le dernier jeu-concours de la saison. Celui qui célèbre vraiment nos 3 ans (je le sais, vu que je viens de payer la facture de l'hébergement pour 2017-2018)! Comme vous le savez on est gonflé à bloc pour la Gamescom, Kuk échauffe ses poignés (d'amour), Angi récite en boucle l'alphabet (Elfique, c'est pour…

Avez-vous lu cet article?