Borderlands 2, le test sur PS VIta

 UN EPISODE GLACE

On se souvient encore de la Gamescom 2013. Au cours de la conférence de presse de Sony, l'annonce de l'adaptation de Borderlands 2 sur PS Vita fut faite. Elle fut accueillie par une acclamation de joie, mais aucune information ne circula quant à la date exacte de sortie du titre. C'est en mai de cette année seulement que le jeu, adapté par les « bons soins » d'Iron Galaxy Studios, est arrivé dans les bacs et ce, sans tapage médiatique particulier. Un constat de mauvais augure ? 

Borderlands 2 étant disponible depuis bien longtemps sur PC et consoles de salon, vous savez sûrement déjà qu'il est un jeu d'action-RPG, une pépite pleine de folie, de combat nerveux, de boss énormess et de loot (butins à collecter). Un must-have qui a eu le droit à des lots de DLC délirants. La bonne nouvelle, c'est que six packs de contenus additionnels sont intégrés dans cette version PS Vita. La mauvaise, c'est qu'il vous faudra les télécharger grâce à un code fourni dans la boîte. Cela rend la revente d'occasion du jeu très difficile. A cela s'ajoute, dès le premier lancement du jeu, une mise-à-jour de 300 Mo. Autant vous dire que l'ensemble est particulièrement gourmand en place sur la carte mémoire. 

Mais tout ceci pourrait être excusable si Borderlands 2 était exempt de défaut majeur. Hors, ce n'est absolument pas le cas et l'on sent rapidement une adaptation réalisée à la va-vite. Tout d'abord, lorsqu'on lance le jeu, plus de cinq minutes de chargements et de vérifications sont nécessaires avant même de mettre un pied sur Pandora. On pourrait imaginer que Borderlands 2 est gourmand en mémoire, que la console est au bord du gouffre en raison de son écart technique avec la PlayStation 3... Mais la suite est encore plus étonnante, voire révoltante. On débute l'aventure avec des ennemis quasiment indétectables à longue distance en raison de textures floues, de la palette de couleur et du cel-shading employés. 

Dans le même registre, les développeurs n'ont pas cru bon de revoir l'inventaire. On devra donc lire des textes entiers dans une police d'un à deux millimètres sur l'écran de la console portable. La navigation dans l'inventaire subit des ralentissements invraisemblables. On s'agace de ne pas réussir à sélectionner une arme ou une mission... D'ailleurs, d'autres ralentissements sont omniprésent en cours de partie. Attendez-vous donc à des morts stupides, en tombant dans un gouffre par exemple, ce qui vous forcera à reparcourir la carte dans sa quasi-intégralité. 

Question contrôles, Borderlands 2 fait appel aux deux supports tactiles de la PS Vita, à savoir l'écran et le touch pad arrière. C'est bien pensé pour les grenades et les coups spéciaux, peu ergonomique pour le combat au corps à corps et pour la course. Mais quand on aime, on ne s'arrête pas à cela, nous direz-vous. Après tout pourquoi pas, cela pourrait encore être acceptable si seulement Borderlands 2 ne subissait pas des plantages intempestifs (rappelons que 5 minutes sont nécessaires à chaque fois pour relancer le jeu). Ces erreurs critiques surviennent souvent au même endroit ou après des sessions de jeu de deux heures. Dans notre cas, il nous a même été impossible de terminer une mission, heureusement secondaire. 

Nous pourrions continuer à « encenser » le travail l'équipe de développeurs de cette version PS Vita encore longtemps car les bogues s'enchaînent. Mais à quoi bon ? Au chapitre des grosses déceptions toujours, le mode multi-joueurs, annoncé pendant un temps à quatre, ne peut finalement accueillir que... deux personnes. Dommage ! 

Note
1/10

Ne nous le cachons pas : Borderlands 2 sur PS Vita est à éviter comme la peste et cela, malgré lespatchs correctifs mis en ligne ces dernières semaines. Avec un peu de recul, on comprend mieux la faiblesse de la communication autour du lancement de ce jeu et son prix plancher dès le premier jour : 30 euros avec les DLC. Nous aurions préféré un retard de sortie, quitte à ce qu'il soit important, afin de pouvoir jouer à un jeu stable, adapté à une console portable et surtout, terminé. 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

Mots-clés: PS Vita, RPG, Action, Test, Manoloben, Iron Galaxy Studios

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Lego Worlds, le test sur Switch

octobre 10, 2017 Test - Nintendo Switch Angi
Disponible en early access depuis 2015 puis sorti il y a environ six mois sur PS4/PC/XBoxOne, Lego Worlds avait alors eu un accueil quelque peu mitigé. Nous n’avions pas eu l’occasion de le tester à l’époque, mais celui-ci arrive aujourd’hui sur Nintendo Switch. Nous allons donc aujourd’hui voir si jeu de construction légendaire et jeu vidéo…
170612 mort 1

(Gamescom 2017) Stand-Alone, Dishonored 2 est sauf

septembre 05, 2017 Hors-Sujet Benjamin
C’est dans une salle bien cachée du stand Bethesda qu’on a pu prendre en main Dishonored 2 : La Mort de l’Outsider durant une petite heure. La souris en main, bien installé dans un fauteuil pour Gamer, il a fallu réapprendre à jouer au combo clavier-souris (mon dernier jeu en vue à première personne est Skyrim). Afin que l’on puisse s’amuser…

Avez-vous lu cet article?