Xenoraid le test sur PS Vita

10

Géniteur d’un catalogue mobile de plus en plus étoffé et sérieux, le studio 10Tons nous propose aujourd’hui Xenoraid. Shoot them up à écran fixe, tel un remake d'Asteroids, le titre oscille en feeling oldschool et originalité. C’est de la version PS Vita (et aussi un peu PS4) dont il est question ici.

 

07
La taille de certains boss est plutôt impressionnante.

Super Space Stickers

Comme évoqué donc, ici point de scrolling vertical ou horizontal. L’écran de Xenoraid est inexorablement statique, tout au plus doté de quelques animations. Les avantages immédiats de ce choix sont un agréable feeling rétro et surtout une lisibilité optimale de la zone de jeu. Par contre, soyons honnêtes. Ce parti pris couplé à des graphismes un peu flash ne suscitent, au départ, qu’un enthousiasme très modéré.

09
De nombreux vaisseaux différents disponibles…

Tous pour un, mais un à la fois

Le système de jeu de Xenoraid consiste donc à une succession de chapitres découpés en missions (une petite cinquantaine au final), c’est-à-dire à des vagues d’ennemis variés et autres obstacles à éliminer ou éviter, écran par écran. A noter qu’un mode survie est également présent. Par défaut et au début de chaque mission, le joueur dispose de 4 vaisseaux. Ces derniers font office de vies, mais apportent aussi une dimension tactique en ce sens qu’ils peuvent être différents. Dotés d’armes et de caractéristiques propres (tir continu ou saccadé, armes secondaires, invisibilité temporaire…), le joueur peut switcher entre chacun d’entre eux à tout moment.

Chaque vaisseau est également doté de sa propre barre de vie, et le changement s’opérer automatiquement en cas de destruction. Entre chaque mission, il est également possible d’acheter différentes améliorations (bouclier amélioré, contre-mesures…) individuelles à chaque vaisseau ou partagées par tous. Enfin, réparer tout vaisseau endommagé nécessitera aussi quelques deniers. Si l’un d’entre eux a été détruit pendant la mission, il sera alors possible d’en racheter un, mais à un prix bien plus élevé.

06
…Et tout autant d’améliorations possibles.
Apportant une réelle dimension tactique au jeu.

Cosplay de Klingons

Côté ambiance, Xenoraid lorgne vers le space opéra, sauce Star Trek. Il est doté d’un scénario évidemment secondaire mais tout de même accrocheur. Une fois en jeu, on s’habitue aux graphismes façon flash, qui finissent même par devenir agréables. Les musiques de type synthwave et directement issues des années 80 sont également assez réussies. La jouabilité fonctionne, le temps (court) de s’habituer à l’inertie du déplacement des aéronefs. Chaque vaisseau est attribué à une touche, et les gâchettes aux tirs. La difficulté accessible et à la courbe de progression bien dosée finissent d’achever un ensemble simple mais efficace.


Note
7/10
Car c’est là toute la force de Xenoraid. Une approche timide, peut-être humble. Aucune envolée visuelle, et une originalité du concept limitée. Mais au final, un titre qui ne s’embarrasse pas de superflu et qui évite autant le prolongement d’expérience artificiel que le mauvais goût. Une fois la console en main, le fun est présent et le titre devient vite accrocheur. On se surprend à avoir du mal à lâcher les sticks, c’est bien l’essentiel. A noter enfin que  Xenoraid se joue uniquement en solo sur PS Vita, on regrette ce choix car la version PS4 dispose d’un mode multijoueur local, pour un plaisir décuplé.
Testé sur PS Vita et PS4

 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

 

 

 

 

 

Mots-clés: PS Vita, Shoot, Shoot'em up, Angi

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

11

Lego Worlds, le test sur Switch

octobre 10, 2017 Test - Nintendo Switch Angi
Disponible en early access depuis 2015 puis sorti il y a environ six mois sur PS4/PC/XBoxOne, Lego Worlds avait alors eu un accueil quelque peu mitigé. Nous n’avions pas eu l’occasion de le tester à l’époque, mais celui-ci arrive aujourd’hui sur Nintendo Switch. Nous allons donc aujourd’hui voir si jeu de construction légendaire et jeu vidéo…
170612 mort 1

(Gamescom 2017) Stand-Alone, Dishonored 2 est sauf

septembre 05, 2017 Hors-Sujet Benjamin
C’est dans une salle bien cachée du stand Bethesda qu’on a pu prendre en main Dishonored 2 : La Mort de l’Outsider durant une petite heure. La souris en main, bien installé dans un fauteuil pour Gamer, il a fallu réapprendre à jouer au combo clavier-souris (mon dernier jeu en vue à première personne est Skyrim). Afin que l’on puisse s’amuser…

Avez-vous lu cet article?