Hatsune Miku : Project Diva X le test sur PS-Vita.

DivaX09

Née en 2009, la série vidéoludique rythmique Hatsune Miku : Project Diva est avant tout caractérisée par une ambiance J-Pop à souhait, principalement soutenue par des chanteuses Vocaloid. En ce sens, elle divise assez nettement par essence dès le départ : soit on déteste, soit on accroche. Nous allons partir du principe, puisque vous lisez ce test, que vous êtes dans le deuxième cas de figure.

 

DivaX08
Le système de jeu, efficace, demeure globalement inchangé depuis le début de la série.

La série date et est aujourd’hui assez connue, donc. Mais au cas où vous seriez tout de même passé à côté, il s’agit d’un jeu musical. Au-delà de l’ambiance bien typée, le titre se joue en quelque sorte comme un « shoot them up inversé ». Des notes-chrono apparaissent sur l’écran, symbolisées par une touche (ou une combinaison de touches). Des curseurs glissent vers ces notes, et il convient au joueur de presser la bonne touche au bon moment. La dite pression étant généralement ponctuelle, mais peut aussi être plus longue. Certaines notes étoilées, dites de type « scratch », se valident par une pression du stick ou une glissade tactile sur l’écran.

Certaines phases de jeu sont spécifiques, telles que les Technical Zones (où il ne faut rater aucune note) ou les Chance Zone (où il faut réussir assez de note pour remplir une étoile bonus et la valider).

DivaX07
La playlist est ainsi découpée en 5 « Clouds ». Par rythmes, ambiances et thématiques.

D’une manière générale, le titre se caractérise par une exigence plus grande que chez la concurrence, en termes de précision et de timing. Et ce système global est pratiquement inchangé depuis le début de la série.

Pour ceux d’entre vous qui seraient tout de même coutumiers des épisodes précédents, sachez que les « Links » (enchaînements de notes reliées entre elles) et les double scratch introduits par l’opus Diva 2F ont ici disparu. Au profit des « rush », à savoir une pression frénétique et répétée de certaines notes. Qui à défaut d’augmenter l’intérêt du gameplay, ont au moins le mérite de le rendre parfois moins bordélique. Autre différence notable avec les épisodes précédents, l’écart de difficulté est réduit : comprendre que les niveaux Easy/Normal sont plus exigeants, mais que les niveaux Hard/Extreme le sont moins.

Mais la principale différence réside sûrement dans le mode « Live Quest », où la playlist n’est pas linéaire et complète d’un bloc. Mais segmentée en cinq « Clouds » (Classic, Cool, Cute, Elegant et Quirky), au style et à l’ambiance éponymes.  En clair, on navigue entre des univers calmes, plus rythmés ou carrément barrés. Chaque Cloud contient lui-même cinq titres, ainsi qu’un final en forme de concert live et medley.  Ce mode sert à débloquer les chansons les unes après les autres, en atteignant le score requis dit « Voltage ». En bas à droite, un coefficient variable et multiplicateur de score fait aussi son apparition, un peu à la manière de nombreux shoots.

DivaX06
Chaque Cloud se clôture par un concert et un medley des titres le constituant.

Alors après tout cela, qu’obtient-on ? D’un côté, une playlist plus typée, plus stylée et plus variée. Bien que moins fournie en quantité, la qualité est plutôt de mise de ce côté-là. D’un autre, cette segmentation impose dès le départ une pénible phase de jeu, sur des rails et forcément dans les modes les plus faciles (les autres étant au début inaccessibles) pour tout débloquer. Mais rien de méchant, musicalement et encore une fois à condition d’apprécier le genre, c’est réussi.

Du côté de la réalisation, le moteur 3D a peu évolué mais faisait déjà le job dès les premiers épisodes. D’autant qu’on ne peut nier une certaine efficacité des mises en scène et autres chorégraphies. Le sujet est maîtrisé, et ça se sent.

DivaX05
Urotander, Underhanded Rangers est le coup de cœur obligatoire de cet opus.

Project Diva X apporte également une autre nouveauté, à savoir les accessoires et surtout les « modules » à débloquer en réussissant les chansons.  Ces modules consistent en des costumes à l’esthétique spécifique, mais aussi porteurs de bonus particuliers selon le Cloud en cours. Ils sont très nombreux (300) et apportent un intérêt sympathique à la customisation des personnages avant chaque partie. Gros bémol, ceux-ci se débloquent lors de la réussite des « Chance Time » mais surtout aléatoirement. Dans les faits, il s’avère donc très difficile d’espérer obtenir la collection complète, d’autant qu’on en arrive rapidement à récupérer des doublons.

Au niveau des autres détails, pêle-mêle, le jeu contient également un mode permettant de librement jouer aux titres précédemment débloqués, au choix et  dans n’importe quel ordre. Le menu principal s’ouvre sur une room spécifique à une vocaloid, et la Diva room aux possibilités de personnalisation supérieures a disparu (mais qui s’en soucie, franchement ?).

DivaX04
Offrir les bons cadeaux aux bons personnages améliorera vos relations avec ces derniers.

Les interactions avec les différents protagonistes sont également réduites au minimum (courts dialogues et possibilités de cadeaux), tout comme l’étoffe du scénario (même question ?). Le jeu est tout en anglais, jouable sur Playstation TV et dispose d’une cross-save Vita / PS4.

Enfin, l’Edit mode (permettant de créer ses propres clips et parties) a vu son intérêt réduire comme peau de chagrin, créant un mini drama parmi la communauté des fans intégristes de Hastune Miku. Alors qu’il était auparavant possible d’utiliser ses propres mp3s et de partager ses créations en ligne, ces deux fonctionnalités ont purement et simplement disparu. Le jeu se retrouver donc au final pouvu d’un Edit mode local et uniquement utilisable avec les chansons disponibles dans le jeu de base.

Note
7/10
Au final, il n’était pas simple vous donner un retour sur Project Diva X sans que cela ne ressemble à un long descriptif de ses nouveautés, de ses qualités et de ses défauts. Parce quand dans le fond, le jeu reste sensiblement très similaire aux opus précédents sur son principe central et dans son gameplay. A vous de voir, donc, si les modifications finalement annexes au jeu de base vous motiveront ou au contraire s’avéreront rédhibitoires. Mais si vous connaissez la série et l’appréciez déjà, il est fort probable que la playlist de qualité finisse par prendre le dessus sur tout le reste – et c’est bien ce qu’on lui demande.

 

 

 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots-clés: PS Vita, Musique, Sega, NIS America

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

HeartS 10

Heart & Slash, le test sur Switch

juin 05, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
Heart & Slash est un jeu d’action qui a une petite réputation sur la scène des indépendants PC, du fait notamment des attentes formulées lors de son financement via la plate-forme Kickstarter. Sa conversion sur la console Switch disponible via l’eShop est donc une bonne occasion de nous y intéresser.
10b

Pankapu, le test sur Switch

mai 31, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Pankapu est l’exemple que tous les financements Kickstarter n’aboutissent pas sur des projets retardés de plusieurs années ou des arlésiennes. Et rien que pour ça, on a envie de l’aimer. Créé par le studio Français TooKind Studio, le jeu est tout d’abord sorti en format épisodique sur PC en 2016. C’est aujourd’hui sa version complète que nous…

Avez-vous lu cet article?