Grand Kingdom le test sur PS Vita

Grand Kingdom09

Sur le papier, Grand Kingdom a de quoi laisser rêveur tout fan de T-RPG qui se respecte. Avec son gameplay souple et innovant, ses modes solos et multi, son ambiance visuelle léchée et sa version Européenne contenant d’emblée les DLCs parus au Japon. Voyons ce qu’il en est vraiment.

 

Grand Kingdom08
Les classes de personnage répondent aux grands classiques du genre.

Lancement du jeu, longues pages de tutorial qui ne représentent pourtant qu’une infime possibilité du gameplay, mais introduction très courte qui trahit la pauvreté du scénario. Les bases sont posées. Grand Kingdom vous place ainsi à la tête d’une équipe de mercenaires, plongée au milieu d’une guerre opposant quatre royaumes (Landerth, Valkyr, Magion et Fiel). L’adhésion à l’une ou l’autre ne changera finalement pas grand-chose. D’autant qu’un regroupement des forces en place pour affronter en commun un cinquième empire émergent et oublié, Uldein, ne tardera pas à s’imposer.

Le tout sur une histoire segmentée en douze chapitres linéaires et totalement clichés. Voilà pour le point qui fâche, à savoir une atmosphère générique et un scénario minimaliste, entraînant un sentiment d’implication minime. Mais la force du jeu est ailleurs, à savoir dans son système de jeu.

Grand Kingdom07
La carte du jeu rappelle agréablement l’allure d’un jeu de plateau.

Grand Kingdom se présente donc comme un Tactical-RPG mêlant des phases de jeu de plateau, de combat tour par tour voire de jeu de rythme. On commence par composer une équipe de quatre mercenaires via les 17 classes disponibles, dont les caractéristiques et les capacités évolueront évidemment au fur-et-à-mesure de leur montée en niveau. Et c’est parti.

L’environnement de jeu se présente donc comme un vaste échiquier parsemé de pions, représentant les parties prenantes en place (votre équipe tout comme les factions ennemies ou encore des soigneuses) et autres élément influençant le déroulement des événements (coffres au trésor ou instruments de siège par exemple). Lors de chaque mission, la limite du nombre de tours fait sans surprise office de compte à rebours. Et au moindre choc entre deux pions, un combat se lance.

Grand Kingdom06
Au bas de l’écran, la barre d’action représentant votre marge de manœuvre. Façon Valkyria Chronicles.

Le système de combat se déroule sur trois lignes et s’offre quelques libertés par rapport au T-RPG case par case. Ainsi, en sus de leurs classes et de leurs caractéristiques, une jauge de mouvement limite les possibilités d’action ou de déplacement de vos personnages.

Très classiquement, on retrouvera les épéistes au corps à corps et les archers à distance, pour ne citer qu’eux. Les magiciens, quant à eux, demandent un certain temps de préparation et surtout la réussite d’un mini-jeu de type rythm game avant de pouvoir lancer un sort. Petit détail croustillant, un sort raté ou un projectile à la mauvaise visée pourront entraîner des dommages collatéraux.

Car oui, Grand Kingdom ne fait pas de quartier. Et tant une action ratée qu’un mauvais positionnement des protagonistes peut aussi entraîner que vos personnages ne s’infligent des dommages entre eux.

Grand Kingdom05Les armes à distance sont très efficaces, mais attention aux dommages collatéraux.

Cette description laisse sûrement déjà apparaître les multiples possibilités et la complexité du gameplay très riche de ce titre. Et encore, vous êtes loin du compte. Citons par exemple les pièges (barricades, nuages de poison, barils explosifs…) ou encore les porte-étendards (sorte de mascottes qui viennent booster les forces ennemies) qui viennent enrichir un système de jeu déjà très fourni. 

Grand Kingdom est un jeu très exigeant, qui demande de nombreuses heures de jeu et une grande concentration pour être correctement appréhendé. D’autant que la difficulté de l’ensemble n’est pas en reste. Et que l’interface du jeu (avec ses menus riches, multiples et tout en anglais) ainsi que l’impossibilité de sauvegarder au milieu d’une quête ne simplifien rien.

Grand Kingdom04
L’embauche de membres vous permettra de varier les plaisirs… Mais vous imposera aussi le level-up.

Mais… Mais… Tout ceci est exécuté avec maestria. Ainsi, le game system se déroule de manière limpide. Il est précis, notamment sur les trajectoires d’attaque et autres aires de jeu. Les échecs sont nombreux, mais tous ne peuvent être généralement et justement imputés qu’aux erreurs du joueur lui-même. Malgré son évidente répétitivité, l’exercice est tant maîtrisé qu’il en devient vite assez addictif.

La quête principale représente une durée de vie de 15 à 20 heures, aisément doublée par les quêtes annexes et DLCs fournis d’emblée. Elle peut également augmentée de manière exponentielle selon votre attrait pour le multi, très variable selon vos exigences. En effet, celui-ci ne propose que des combats asynchrones et comme évoqué précédemment, l’adhésion à l’une ou l’autre des factions ne donne finalement jamais l’impression d’influencer quoique ce soit.

Quelques derniers mots, enfin, au sujet de la réalisation d’ensemble. Visuellement malgré à nouveau l’aspect générique de l’ensemble, Grand Kingdom flatte indéniablement la rétine. Les musiques mélangent fanfares et mélodies épiques, réussies.  Enfin, malgré des textes intégralement en anglais, le titre offre l’agréable possibilité de disposer des voix japonaises.

Note
8/10
Alors oui, Grand Kingdom déçoit principalement sur deux points majeurs : son ambiance terriblement générique et son multi peu immersif. Mais son système de jeu aussi exigeant que maîtrisé, le soin apporté à sa réalisation globale et l’exhaustivité du contenu de la version Européenne en font nettement un must-have pour tout adepte du genre. Les puristes de T-RPG exigeants, eux, seront aux anges.

 

 

Présentation de l'auteur : Angi

  • angi50 50 ANgI- da Polom

    Né dans les Miel Pops, Ulysse 31 et les spirographes, ANgI- est un bon petit geek un poil rétro, mais pas que. Pas que car le présent a concrètement du bon vidéoludique à offrir à défaut de certitudes sur un avenir toujours incertain. Et pas que parce qu'au-delà des jeux vidéo, pas mal d'autres trucs l'intéressent tels que la culture nipponisante ou la technologie en général. Aujourd'hui, il a du mal à trouver sa place dans ce monde sans pitié où chaque comportement doit être codifié. Faux gamer devant l'éternel, ancien nerd doublé d'un otaku ou papa casual...? Ou peut-être un peu tout ça à la fois. Aujourd'hui, en matière de mobilité, la Nintendo 3DS a ses préférences. Et soyons honnêtes jusqu'au bout, l'iPad aussi, un peu.

Du même auteur : Angi

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots-clés: PS Vita, RPG, Tactical, Tactique, NIS America, Angi, Grand Kingdom

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10a

The Warlock of Firetop Mountain, le test

août 14, 2017 Test - iOS Angi
Déjà porteur d’une réputation plutôt flatteuse sur Steam, The Warlock of Firetop Mountain (TWFM) du studio Tin Min Games débarque aujourd’hui sur Ipad – un support qui semble tout à fait adapté au genre. En effet, il s’agit de l’adaptation d’un Livre dont vous êtes le héros, écrit par Steve Jackson et Ian Livingstone en 1982. Le jeu se présente…
IMG 81191

(Jeu-Concours) découvre le code et tente de gagner une console et tout un tas d'autres cadeaux!

août 15, 2017 Edito Benjamin
On l'a promis, c'est enfin sur les rails, le dernier jeu-concours de la saison. Celui qui célèbre vraiment nos 3 ans (je le sais, vu que je viens de payer la facture de l'hébergement pour 2017-2018)! Comme vous le savez on est gonflé à bloc pour la Gamescom, Kuk échauffe ses poignés (d'amour), Angi récite en boucle l'alphabet (Elfique, c'est pour…

Avez-vous lu cet article?