Criminal Girls 2 Party Favors, le test sur PS Vita

2016 09 27 021526
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Criminal Girls 2 Party Favors, sur PS Vita, est la suite de Criminal Girls Invite Only initialement sorti sur PSP et édité dans nos contrées dans une version remastérisée sur PS Vita en 2015. Les deux versions sont quasiment identiques, seules les héroïnes sont un peu différentes. Ces deux jeux se sont surtout fait connaître par les « motivations » que vous devez faire subir à vos personnages féminins, à base de traitements sado-masochistes. Localisation et législation US obligent, c'est une version édulcorée qui nous arrive en occident. Mais même sans cordes, arriverez-vous à y prendre du plaisir ?

 

2016 09 27 020712
Les donjons du pauvre

Criminal Girls 2 Party Favors se présente sous la forme d'un jeu de rôle au tour par tour où vous incarnez un instructeur des enfers qui a en charge le salut de sept jeunes « criminelles ». Vous aurez à les rééduquer pour qu'elles puissent retourner dans le monde des vivants. Bien sûr, vous êtes amnésique, les choses ne se passent pas comme prévu, et une entité maléfique s'est probablement glissée dans votre groupe...

Bref, à vous la succession de donjons. Et c'est là que survient le premier drame : les niveaux sont extrêmement petits et se composent au final de quelques successions de couloirs et de salles, le tout présenté dans dans une 2D assez générique.

On peut ajouter à ce tableau le travers habituel des RPG japonais qui impose un leveling constant, donnant une impression de longueur artificielle accentuée ici par l'indigence des niveaux.

2016 09 27 022651
La difficulté du choix... ou pas.

Survient le deuxième drame. Les développeurs nous privent de toute gestion des combats. Ainsi, les quatre combattantes sélectionnées vont automatiquement proposer une action issue de leur répertoire (magie, soin, garde, attaques individuelles ou combinées, coups spéciaux, etc.) et vous ne pourrez en choisir qu'une seule. Et comme par hasard, ces actions proposées ne correspondent pas toujours à ce que vous voudriez. Ainsi, quand vous avez devant vous plusieurs ennemis, il arrive qu'aucune des filles ne propose un sort d'attaque groupée. Ou quand un ennemi est sensible à un sort de feu, on vous propose celui de glace...

On remarque tout de même que les sorts de soin ou de protection sont toujours judicieusement proposés dans les moments délicats. C'est toujours ça.

Maintenant se pose clairement la question du public. Troisième drame. Car si vous vous rêviez en tortionnaire Khmer rouge ou dans les escadrons de Pinochet, ce jeu risque de vous décevoir. Malgré le fait que le héros porte un uniforme qui sent "bon" l'esthétique SS, les traitements infligés relèvent d'une sorte de sadisme édulcoré pour adolescents en manque de frissons. Même dans la version japonaise qui montre les filles attachées - alors que dans la version occidentale, celles-ci sont montrées sans entraves -, cela ne change pas grand-chose : on tapote sur l'écran pour simuler des coups de cravache, des jets de liquide gluant (vert), des petites décharges électrique, etc.

Assez variés, ces mini-jeux se laissent jouer. En revanche, ces séquences sont obligatoires, car c'est la seule manière d'augmenter les compétences et attributs de vos criminelles pour les prochains combats.

Enfin, le scénario tarde vraiment à décoller, il ne commencera à révéler les « crimes » bien légers des filles qu'au chapitre 5. Cepandant, bien que classiques, les traumas des héroïnes ne sont pas inintéressants, et détaillent les travers de nos sociétés ou de l'âme humaine.

 

Note
4/10

Criminal Girls 2 Party Favors reprend à son compte ces films carcéraux de type "naziexploitation" des années 80, mais de manière presque trop soft et morale, perdant au passage sa cible potentielle. On ne connait finalement la série qu'à travers sa thématique SM, et elle ne le mérite pas. Aussi, l'érotisation de personnages pré-adolescents est autrement plus discutable et problématique. Si il y avait des sprites a retoucher c'était bien ceux-là, et non quelques centimètres de cordes.

Résumons : réalisation moyenne, choix de gameplay discutable sur PS Vita - alors qu'il aurait été parfait pour un mobile -, thématique sadomasochiste bien trop présente ou trop soft selon les goûts de chacun, présence de deux héroïnes enfantines à l'érotisation dérangeante...

Bref, Criminal Girls 2 Party Favors loupe complètement sa cible. Si l'érotisme du jeu vous avait un tant soit peu intéressé on vous conseille plutôt Dungeon Travelers 2 qui est lui autrement mieux pensé (et dont j'espère arriver bientôt à décrocher pour vous proposer un test, c'est vous dire s’il est bien...).

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

 

 

Mots-clés: PS Vita, RPG, Kuk, NIS America, criminal girls

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10a

The Warlock of Firetop Mountain, le test

août 14, 2017 Test - iOS Angi
Déjà porteur d’une réputation plutôt flatteuse sur Steam, The Warlock of Firetop Mountain (TWFM) du studio Tin Min Games débarque aujourd’hui sur Ipad – un support qui semble tout à fait adapté au genre. En effet, il s’agit de l’adaptation d’un Livre dont vous êtes le héros, écrit par Steve Jackson et Ian Livingstone en 1982. Le jeu se présente…
ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…

Avez-vous lu cet article?