Retro City Rampage, le test qui date sur PS Vita

16807537639 c6e17eba46 o
LA VERSION BOITE - ULTRA RARE SUR PS VITA. 

Retro City Rampage est une parodie de GTA mais façon Mel Brooks. Ici, point de décors réalistes, pas de logique et surtout quantité de personnages qu’on a l’impression d’avoir déjà croisés quelque part...

Bienvenue à Theftropolis City, ville en seize couleurs digne d’une Nintendo SNES ! Ici, vous jouerez le rôle de Player, un bad boy avec une tête du Fonzy de Happy Days. La caméra propose une vue du dessus. Il est possible de tirer sur tout ce qui bouge, de voler des voitures, de semer les policier et de sauter tel un Mario sur les humains restants. On débutera notre périple par un casse moisi avec les Panou-Panou, en finissant par prendre la cabine de voyage du Doctor Who (que de références !) par erreur pour atterrir dans le passé. C’est là que l’on trouvera le Doc et que l’on devra enchainer des missions pour les mafieux de la ville afin d’obtenir les éléments nécessaires pour retourner... dans le futur. Sur votre chemin, vous croiserez Gamedini (le génie des cheats codes), docteur Buttnick (robot dirigeant une multinationale), Sueur-Man (qui sue de l’énergie atomique et qui explose), ou encore Biffman (le héros local). Tous aideront volontairement ou non (surtout non, en fait) le joueur à progresser.

 

Retro City Rampage propose exactement le même gameplay que son ancêtre GTA avec une touche humoristique totalement politiquement incorrecte. Et qu’est-ce que c’est bon ! C’est bien simple, on ne s’ennuie pas une seconde, le jeu cherchera toujours à vous étonner. On passera de blagues potaches aux blagues qui tâchent. Et une fois que vous aurez fait le tour du gameplay proposé, le jeu vous en proposera d’autres en imitant des titres ultra connus. Il peut même avoir l’intelligence dans certains cas de les renouveler en mélangeant les genres (que donnerait Splosion-man avec Guitar Hero ?). Nous ne souhaitons pas vous dévoiler plus d’informations sur ces idées ingénieuses, mais nous pouvons vous assurer que Retro City Rampage cache plus d’une dizaine de gameplay différents. Et au passage, tout le monde en prend pour son grade : éditeur véreux qui abusent des indépendants, game designer au rabais avec leurs murs invisibles... Même ces pauvres crocodiles de Pitfall vont grincer des dents !

Les musiques sont totalement 8 bits avec du chiptune à décoller les oreilles, les graphismes sont moches à souhait - votre héros fait 8 pixels sur 8 pixels pour rappel ! - et dignes du pire de la NES. Pour ceux qui trouveront le jeu encore trop « next-gen », les développeurs ont pensé à vous en intégrant la capacité de jouer en CGA (4 couleurs) ou, pire, en mono-chrome. Vous aurez aussi le droit à des effets de 3D stéréoscopiques, vous permettant, enfin, de ressortir vos lunettes offertes dans un paquet Kellogg’s. Les effets des champignons hallucinogènes sont ultra-non-réalistes et le scrolling assure même quand vous êtes équipés de bottes de rapidité extrême. C’est du n’importe, c’est assumé et c’est - croyez-nous - jouissif ! On applaudira une difficulté adaptative qui rendra le jeu accessible à tous après quelques pertes de vies. La durée de vie, justement, est très correcte : comptez environ sept heures, d’autant plus qu’aucun moment ne vous aura paru superflu. A cela s’ajoutent les défis avec médailles et scores partagés sur Internet, les salles d’arcade vous permettant de jouer à Virtual Meat Boy et autres âneries...

Note
9/10
Retro City Rampage est une vraie belle découverte sur PS Vita. De fait, le titre était disponible depuis plusieurs mois sur consoles de salon. Passé un peu inaperçu, nous trouvâmes dommage de ne pas parler d’un titre aussi riche sur consoles portables. Certes, il ne conviendra peut être pas à tout le monde. Votre neveu de 8 ans dira qu’il est moche, que le son lui a fait perdre un dixième de son audition, etc.. La bonne nouvelle, c’est que vous pourrez mettre à l’épreuve ses capacités sur la version de démonstration limitée aux 30 premières minutes de l’aventure. Ce n’est qu’une toute petite partie de ce qui vous attend. Alors, si vous avez souri quand le Chef Panou Panou a sorti son bazooka, n’hésitez pas une seconde et offrez-vous le jeu complet, vous ne le regretterez pas !

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

Mots-clés: PS Vita, Action, Test, Manoloben, Retro City Rampage

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

05

(GCE2017) Figment, le monde des rêves et de la musique bientôt sur Switch

novembre 12, 2017 Reportages Aymerick
Figment est un jeu d’action aventure, onirique, ayant une dimension musicale assez importante et prévu sur Switch en février 2018 (mais déjà disponible sur Steam). On ne révélera rien d'une introduction ayant une charge émotionnelle assez forte. De manière assez surprenante, le ton du jeu est beaucoup plus léger que l'intro, même si on se retrouve…
10

(GCE2017) Stay une aventure pixel sur Switch et mobiles

novembre 12, 2017 Reportages Aymerick
A la Game Connection Europe, on a pu essayé quelques titres issus de studios européens. Stay est de ceux-là. Il est développé par un petit studio catalan espagnol (choisi ton camp camarade...), prévu pour Switch en mai 2018 et pour téléphones mobiles après cette date. Un homme se réveille prisonnier dans un bâtiment abandonné. Cependant, un PC lui…

Avez-vous lu cet article?