Xeodrifter, le test sur PS Vita

xeo title

Vous aimez les gros pixels et vous regrettez le temps béni où chaque victoire s'obtenait par la dure loi de la perspévérance, de l'échec et des nouvelles tentatives ? Alors Xeodrifter est pour vous.

 

xeo screen 05
Et ce n'est même pas un boss !

Xeodrifter est développé sur PS Vita par Renegade Kids, soit en gros deux personnes: Jools Watsham et Matthew Gambrell...

On a l'impression de découvrir dans cette production une sorte de cosmonaute qui évolue dans un jeu de tir et de plates-formes, un peu comme le premier Metroid sur Nes. Vous devrez parcourir quatre planètes aux environnements diffèrents, et accessibles à tout moment grâce à un petit vaisseau. La progression est d'ailleurs non linéaire, car de nouveaux accès sont disponibles en fonction des pouvoirs que vous récupérez. Des power up vous sont en effet donnés après avoir vaincu chaque boss : possibilité d'évoluer sous l'eau, de voler, de courir, de changer de plan, etc.  

xeo screen 09
Des pixels comme on aime 

La jouabilité du personnage est très bonne et les commandes sont simples : bouger, se coucher, sauter, tirer... Et heureusement, car le jeu est dur, extrêmement dur. Chaque petite progression est vécue comme une petite victoire... Il en est de même quand vous découvrez une cache, ce qui se traduit en général par une augmentation de votre vie ou par une modification du tir. Il en existe douze, avec la possibilité d'augmenter une jauge de six niveaux pour cinq fonctions (rapidité, puissance, cadence, multi-tir et tir à rebond). Ces bonus ne seront pas de trop, car les ennemis de base comme les boss ont des comportements qui devront être soigneusement analysés et vos actions chronométrées en conséquence.

Heureusement, Xeodrifter n'est pas complètement punitif, il y a pas mal de bonus disséminés, des check-points avant d'affronter les boss, la possibilité de recharger sa vie sur le vaisseau, etc. Quant aux graphismes, il est question de gros pixels bien colorés. Trois modes d’affichage sont proposés, notamment un mode 16/9 pas inintéressant dans les donjons. Les musiques reprennent l'ambiance des productions 8 bits de jadis (du sound chip bien péchu). Notez que Xeodrifter existe aussi sur Nintendo 3DS.

 

Note
7/10

Au final, Xeodrifter est indéniablement un jeu de tir/plates-formes pour les amoureux du genre. Si les niveaux ne sont pas exceptionnellement grands, le jeu est extrêmement dur et exigeant, mais du coup assez jouissif quant à sa progression.  

 

 

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

mai 07, 2018
rogue legacy ps vita
Test - PS Vita

Rogue Legacy, le test sur PS Vita

 

 

 

Mots-clés: PS Vita, Kuk, Nintendo 3DS, Renegade Kids

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

HeartS 10

Heart & Slash, le test sur Switch

juin 05, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
Heart & Slash est un jeu d’action qui a une petite réputation sur la scène des indépendants PC, du fait notamment des attentes formulées lors de son financement via la plate-forme Kickstarter. Sa conversion sur la console Switch disponible via l’eShop est donc une bonne occasion de nous y intéresser.
10b

Pankapu, le test sur Switch

mai 31, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Pankapu est l’exemple que tous les financements Kickstarter n’aboutissent pas sur des projets retardés de plusieurs années ou des arlésiennes. Et rien que pour ça, on a envie de l’aimer. Créé par le studio Français TooKind Studio, le jeu est tout d’abord sorti en format épisodique sur PC en 2016. C’est aujourd’hui sa version complète que nous…

Avez-vous lu cet article?