Machinarium, le test sur PS Vita

machinarium large

Tout commence dans une déchetterie, lorsqu'un petit robot tombe du vaisseau de nettoyage de la ville en pièces détachées. Considéré comme un moins que rien par ses congénères, ce petit être de métal a pourtant un destin. C'est son courage qui sera sa plus grande force. Avec Machinarium, un jeu mobile adapté aujourd'hui sur PS Vita, le studio Amanita Design nous sert le scénario le plus usé du monde et pourtant, la sauce prend encore. Etude d'un cas presque classique.

 

Notre sujet est en morceau, perdu au milieu d'une décharge. Pourtant son intelligence artificielle est toujours opérationnelle. Pour une raison obscure, le petit personnage ne souhaite qu'une chose : retourner en ville. Le sujet n'ayant pas voulu déclarer son identité - il ne parle pas -, appelons-le Tommy. Tommy ne manque pas de courage et de capacités aussi inutiles qu'indispensables. Cependant, allonger ses bras ou son corps, stocker les objets dans sa carlingue ne sont rien en comparaison de son intelligence artificielle adaptative : vous ! Le robot ne manque pas d'ingéniosité et surtout, possède une puce mémorielle intacte. A chaque moment d'inaction, des souvenirs se modélisent sous ses yeux, comme les moments passés avec sa petite compagne - oui, les robots ont aussi une vie amoureuse ! -, les fous rires, les joies, les peines. Il ressent les choses et on peut dire que son existence n'a pas été facile. Tommy va, de fil en aiguille, prouver sa valeur en s'échappant de prison, en déjouant les plans des malfrats locaux et, si tous se passe bien, en retrouvant son bonheur perdu.

Ce qui est le plus étonnant dans Machinarium, c'est la capacité d'Amanita Design à faire passer des émotions à travers une boîte de conserve. Il faut dire que les développeurs n'ont pas lésiné sur le design des robots ni même leurs animations. Ils répondent tous aux clichés du genre : les vilains ont des armes à feu et jouent au poker, la mégère jette ses pots de fleurs et porte un pull des années 50... Ce travail de précision est tout autant présent dans les décors qui, crayonnés et colorisés comme une peinture, sont magnifiques. Par ailleurs, les arrière-plans sont pleins de vie. Et, à vos heures perdues, vous vous délecterez en regardant les pensées profondes de Tommy. Le tout, accompagné par une composition musicale juste dans le ton. C'est une production sans fausse note.

Associez cela à un système de point and click intelligent où le robot ne peut qu'accéder aux objets près de lui. Saupoudrez le tout d'énigmes intéressantes et difficiles (certes, certaines sont capillotractées), de la récupération d'objets, du troc, du court-circuit, de la construction... Ce sont autant d'éléments que vous devrez maîtriser pour réussir votre quête. Machinarium est résolument un jeu intéressant et difficile. Mais si vous bloquez, ne paniquez pas. Amanita Design a pensé à vous pour ce voyage féerique. Ses développeurs ont intégré deux systèmes d'aide. Le premier, simple, vous livrera un simple indice sur ce que l'on attend de vous. Le second passe par la réussite d'un petit jeu - de type shoot'em up - et ouvrira une page d'un livre de solution. Comme nous sommes dans un jeu fantastique, il était attendu que l'explication ne soit pas livrée sous la forme d'un simple texte. De fait, elle nous est proposée sous la forme d'une petite bande dessinée. Merveilleuse idée ! Pour finir, notons que la prise en main peut être faite grâce à la combinaison d'un stick et de boutons, ou par l'écran tactile de la PS Vita.

 

Note
9/10
Machinarium, c'est un voyage au pays des robots. Un conte de fée robotisé qui devrait rendre jaloux Wall-E. Pour quelques euros, vous aurez le droit à quelques heures de bonheurs, de surprises, d'émotions et de réflexion. Pour profitez pleinement de cette fin d'été, il n'y a pas a hésiter. Adoptez Tommy !

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

Mots-clés: PS Vita, Aventure, Puzzle, Manoloben, Point&Click, Machinarium

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…
Final Fantasy Tactics art 1

Final Fantasy Tactics, le test sur PSP (écrit le 25/12/2007)

juin 19, 2017 Test - PSP Benjamin
Peut-être que certains d’entre vous ont maudit Square Soft, en 1997, lorsque la société japonaise avait refusé de distribuer Final Fantasy Tactics sur PlayStation en Europe. D’autres, verts de rage, se demandaient si l’éditeur serait capable de placer notre continent sur une carte du monde. Près de dix ans plus tard, il semblerait que Square Soft…

Avez-vous lu cet article?