Rainbow Moon, le test sur PS Vita

Rainbow Moon 4
LEVIER PORTE MONSTRE TRESORS

SideQuest Studios est un petit studio indépendant allemand qui a développé un tactical-RPG sur PlayStation 3 en 2012, Rainbow Moon. Un an plus tard, le titre vient d’être l’adapté sur PS Vita. Pour notre plus grand plaisir ?

 

Dans Rainbow Moon, vous incarnez un guerrier qui, en poursuivant un archimage ennemi, a été téléporté dans un autre monde - celui de Rainbow Moon justement, emportant avec lui une horde de monstres qui terrorisent désormais cette nouvelle région. Votre quête est donc évidente : retourner chez vous tout en fermant le portail dimensionnel.

Le titre nous propose un affichage en 3D isométrique. Les graphismes sont très détaillés et colorés avec des environnements différents selon les zones visitées. Tout a été conçu dans une logique d'exploration adaptée selon votre niveau. Ainsi, au début de l’aventure, vous êtes confinés à une île assez réduite qui va vous servir de grand tutoriel. Certaines zones sont bloquées par la présence d’eau, de trous ou de portes fermées. Pour y accéder, vous devrez achever une série de quêtes et gagner de l’expérience. C’est de cette manière que la série de quêtes de Cassar Island vous permettra de louer un bateau et d’accéder à quelques zones supplémentaires, le monde de Rainbow Moon étant vraiment très grand.

D’ailleurs, vous commencez l’aventure seul. Mais au fur et à mesure vous pourrez recruter six compagnons avec des caractéristiques et des armes particulières. Lors des phases d’exploration, les monstres sont apparents. Au dessus de leur tête est indiqué leur niveau maximal, ainsi que leur nombre. Des indicateurs importants qui vous permettent de jauger le degré de risque avant d’aller au casse-pipe. Au premier contact, le jeu passe en mode tactique. Les ennemis ainsi que vous et vos alliés apparaissent sur une carte de combat où vous vous déplacez case par case, et au tour par tour.

Le principal défaut de Rainbow Moon concerne les déplacements durant les combats, qui sont à effectuer avec la croix directionnelle, avec un « marquage » sur le sol pour vous aiguiller. Mais, même ainsi, les directions ne sont parfois pas très claires, notamment lorsque des éléments de décors ou des sprites vous masquent la vue. Reste que le système de combat est très bien pensé et intuitif, il implique les coups classiques et spéciaux qui nécessitent de dépenser de l’énergie magique. Les compétences spéciales sont très nombreuses : on en compte une centaine, impliquant des utilisations dans le monde ouvert, dans les donjons et durant les phases de combat.

Note
7/10
Finalement, Rainbow Moon est un jeu assez classique qui souffre de quelques défauts : outre les phases de déplacement évoquées, le character design manque d’un peu de personnalité. Fort heureusement, tout cela est contrebalancé par plusieurs points : Rainbow Moon a été magnifiquement bien pensé. Les dialogues sont souvent assez sympathiques et ironiques, le level design très bien conçu (notamment les donjons et leurs lots de leviers à activer), les sprites et les décors sont très beaux et colorés. Si on pouvait se poser la question de la pertinence de ce type de jeu sur PlayStation 3, il a tout à fait sa place sur appareil nomade. Et, surtout, Rainbow Moon n'est vraiment pas cher, seulement une dizaine d'euros pour près de quarante heures de jeu ! A noter que le titre est visiblement déjà un succès puisqu’une suite en bonne et due forme est en chantier : Rainbow Skies.

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

Mots-clés: PS Vita, RPG, Kuk, SideQuest Studios, Rainbow Moon

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…
Final Fantasy Tactics art 1

Final Fantasy Tactics, le test sur PSP (écrit le 25/12/2007)

juin 19, 2017 Test - PSP Benjamin
Peut-être que certains d’entre vous ont maudit Square Soft, en 1997, lorsque la société japonaise avait refusé de distribuer Final Fantasy Tactics sur PlayStation en Europe. D’autres, verts de rage, se demandaient si l’éditeur serait capable de placer notre continent sur une carte du monde. Près de dix ans plus tard, il semblerait que Square Soft…

Avez-vous lu cet article?