Atelier Rorona Plus: The Alchemist of Arland, le test sur PS Vita

Atelier Rorona Plus 11
UNE VERSOIN AMELIORE MAIS PAS POUR LES FRANCOPHONES.

Atelier Rorona Plus: The Alchemist of Arland est la version améliorée et largement augmentée en contenus d’un jeu de rôle sorti en 2010 sur PlayStation 3. Vous incarnez Rorona, la jeune apprentie d’une boutique d’alchimie dont sa patronne ne fait pas grand-chose. A tel point que le pouvoir royal lui impose d’aider les habitants et lui assigne un certain nombre de missions sous peine de fermer l'échoppe... Bien entendu, la propriétaire profite de l'occasion pour vous confier la gérance des lieux. Vous voilà avec de nouvelles responsabilités !

Le pouvoir royal vous impose de produire une série d’objets par chapitre, ces derniers étant définis par un nombre de jours limité. Vous devrez également réussir un grand nombre de missions annexes, qui sont autant d’objets à produire ou à trouver. Ce qui vous permettra de faire connaissance avec la population locale, certains personnages pourront d'ailleurs vous accompagner dans vos aventures.

Car l’alchimie n’est pas sans risque. Vous devrez essentiellement créer des objets en fusionnant certains éléments, tout cela prenant plus ou moins de temps selon l’objet et les quantités voulues. Mais pour obtenir les éléments de base, vous devrez les trouver dans les territoires qui entourent votre ville. Et, bien évidemment, des hordes de monstres ont envahi la région et ça ne sera pas de tout repos. Les monstres sont visibles et peuvent être évités. Leur contact vous fera entrer dans une phase de combat au tour par tour, classique des jeux de rôle.

Le moteur du jeu est en cel-shading, les graphismes et les textures rendant plutôt bien sur la PS Vita de Sony (ce qui n’est pas toujours le cas sur un grand écran avec la version PlayStation 3 du jeu). A noter que les zones de déplacement (ville et donjons) donnent droit à de nombreux petits chargements. Pis, les phases d’exploration, où vous devez débloquer des zones en y accédant, sont extrêmement réduites. Celles-ci ce résument souvent à quelques petits chemin très étroits avec des barrières invisibles qui plus est, ou à des clairières-grottes exiguës...

Le scénario est assez simpliste (production japonaise oblige, diront les mauvaises langues). L'aventure est cependant sauvée par des personnages assez hauts en couleurs et des dialogues sympathiques, à défaut d’être profonds. On regrettera que la première version de Atelier Rorona Plus: The Alchemist of Arland, sur PlayStation 3 donc, était proposée en français, alors que l'édition augmentée sur PS Vita (et PlayStation 3 au passage aussi) n'est disponible qu'en anglais. Cherchez l'erreur... Ce choix coupe très clairement le jeu de son cœur de cible, à savoir les jeunes joueurs, et notamment le public féminin.

Au chapitre des reproches toujours, la création d’objets par alchimie, ou la fusion d’objets, est assez dirigiste et loin d’être toujours très claire. Les phases d’exploration sont très limitées même si certains passage sont parfois bloqués et nécessitent la création d’explosifs plus ou moins puissants. Mais, là aussi, le repérage est assez mal imaginé et on tourne alors en rond tandis que le temps nous est compté.

Atelier Rorona Plus: The Alchemist of Arland est un jeu qui mélange plusieurs concepts mais qui ne les exploite jamais véritablement. Les défauts du jeu de Tecmo Koei sont encore aggravés par à un moteur 3D parfois assez limité et par l’abandon de la traduction française. Dommage...

Au chapitre des reproches toujours, la création d’objets par alchimie, ou la fusion d’objets, est assez dirigiste et loin d’être toujours très claire. Les phases d’exploration sont très limitées même si certains passage sont parfois bloqués et nécessitent la création d’explosifs plus ou moins puissants. Mais, là aussi, le repérage est assez mal imaginé et on tourne alors en rond tandis que le temps nous est compté.

 

Note
5/10
 Atelier Rorona Plus: The Alchemist of Arland est un jeu qui mélange plusieurs concepts mais qui ne les exploite jamais véritablement. Les défauts du jeu de Tecmo Koei sont encore aggravés par à un moteur 3D parfois assez limité et par l’abandon de la traduction française. Dommage...t

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

mai 07, 2018
rogue legacy ps vita
Test - PS Vita

Rogue Legacy, le test sur PS Vita

Mots-clés: PS Vita, RPG, Kuk, Tecmo Koei

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Steredenn: Binary Stars, le test sur Switch

juillet 16, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
Dès que je l’ai vu pour la première fois en 2015 sur PC, j’ai su que je l’aimais. Mais en amitié comme dans les jeux vidéo, un amour ne s’obtient pas sans investissement ni acquis d’avance… Car Steredenn: Binary Stars est un shoot'em up exigeant. Une bonne occasion de nous y intéresser pour sa sortie sur la console Nintendo Switch.
10

Lightfall, le test sur Switch

juin 28, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Ces dernières années ont vu l’émergence de titres dits indépendants issus du financement participatif. L’histoire de Lightfall est également née ainsi, et elle n’est pas toute jeune puisqu’elle date de 2015. Le premier jeu de Bishop Games débarque aujourd’hui sur Switch, avec la promesse d’un gameplay dynamique et novateur. Avançons dans la…

Avez-vous lu cet article?