Toukiden The Age of Demons, le test sur PS Vita

Toukiden 660
LE BEAU PEUT IL SUFFIRE  ?

La constante réussite de Monster Hunter fait toujours des envieux. Il n'est donc pas étonnant que des action-RPG du même type sortent sur les « nouvelles » consoles portables. Toukiden: The Age of Demons, la nouvelle licence de Tecmo Koei sera-t-elle celle qui comblera l'attente des fans sur PS Vita, en l'absence, justement, du hit de Capcom ?

En début de partie, vous choisissez un personnage ainsi que son style de combat, car il n'y a pas de « classe » à proprement parler. Il sera alors équipé d'une épée, de double poignards, d'une lance, de gantelets de métal, d'une chaîne et d'une faux (sikle) ou bien encore d'un arc. Détail intéressant, vos armes disposent d'un ou plusieurs emplacements sur lesquels vous pourrez placer les âmes de combattants qui sont prisonniers de démons et que vous libérerez au cours de l'aventure. Ces âmes, appelées Mitama, vous octroieront des caractéristiques spéciales basées sur l'attaque, la défense, la vitesse, l'énergie, etc. Tout comme le personnage principal, elles s'amélioreront au fur et a mesure de votre progression et de l'expérience gagnée.

L'action débute dans un village particulière exposé aux invasions démoniaque. Un centre de commandement servira en fait de hub entre les différentes missions du scénario dans le jeu solo, mais aussi d'autres qui sont disponible en ligne et se jouant seul ou à plusieurs (jusqu'à quatre, le jeu en réseau ad hoc est aussi disponible). A noter que certaines missions imposent d'être accompagné par des compagnons contrôlés par l'intelligence artificielle, lorsque l'on se contente d'une expérience solitaire. Les premières séquences de jeu sont tout simplement splendides. L'univers de Toukiden: The Age of Demons est basé sur un monde d'heroic fantasy asiatique, menacé par des créatures démoniaques connues sous le nom d'Oni. Le character design est magnifique. Il en est de même pour le moteur graphique du jeu comme pour la représentation 2D des protagonistes durant les dialogues.

Après avoir réussi les sept missions du premier chapitre de Toukiden: The Age of Demons, vous aurez a combattre un boss particulièrement grand et puissant. Il faudra l'affaiblir en lui sectionnant certaines parties du corps (même si celles-ci repoussent). Sympathique. Mais, sur la durée, le titre dévoile quelques problèmes. En effet, les premières joies du début passées, une grande lassitude s'installe. Les missions sont particulièrement basiques (nous ne parlons même pas du scénario qui est indigent et d'une niaiserie japonisante qui fait toujours pitié). Pis, les boss, qui sont censés être le point d'orgue de l'aventure, sont utilisés jusqu'à complète saturation (le boss du premier chapitre devra être combattu encore trois fois dans le deuxième chapitre, etc.). Le pseudo changement de couleur, pour un changement de puissance, ne trompe personne.

 

Note
5/10
Tout cela aurait pu être acceptable si le système de combat était irréprochable. Mais celui ci se révèle beaucoup trop approximatif, surtout dans les phases où l'on doit cibler les différentes partie du corps des monstres. A ceci, ajoutez les nombreux bogues de collisions avec les décors, et le choix incompréhensible d'avoir intégré la même jauge pour l'esquive, les coups spéciaux, et une vision de « vérité » (qui vous dévoile les jauges des ennemis, des objets ou des stèles de vies de cachés, etc.). Par ailleurs, il n'existe qu'un seul village (c'était le moment de faire mieux qu'un Monster Hunter, Messieurs les développeurs !). Le forgeron fabrique de nouvelles armes et armures, comme il améliore les anciennes. Mais au final, peu de choses vous seront proposées en matière d'équipement. L'étal du seul marchant est si limité qu'il n'a aucun intérêt. Les activités secondaires sont donc proche du néant et se résument à visiter trois échoppes, un arbre sacré, les bains et votre maison... Ce n'est plus un village, c'est une rue !

Bref, Toukiden: The Age of Demons est un jeu qui présente de bonnes idées, mais qui sont assez mal exploitées et qui finissent par rendre l'aventure globale assez fade. Un jeu à recommander aux grands malades du genre qui trouveront un exutoire dans le Mode Mullti-joueurs... en attendant mieux. 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

Mots-clés: RPG, Action, Kuk, Tecmo, Koei, Toukiden

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…
téléchargement 2

Final Fantasy 2 (écrit le 07/02/2008)

juin 17, 2017 Test - PSP Benjamin
Square-Enix et Ubisoft ont eu la « bonne » idée de proposer les adaptations de Final Fantasy 1 et 2 sur PSP de manière séparée et non traduite. Voilà qui a fait grincer des dents beaucoup de joueurs, surtout lorsque l’on sait que la GBA, elle, a eu le droit à une compilation regroupant les deux titres dans et en français. Quel intérêt de se…

Avez-vous lu cet article?