Ys Memories Of Celceta, le test sur PS Vita

Ys Memories of Celceta 1
DE LA PSP A LA PSVITA.

Falcom est un studio de développement qui s'est surtout fait connaître pour ses action-RPG dont la série la plus connue est Ys, régulièrement adaptée ou recyclée depuis sa création en 1987. Presque toutes les consoles japonaise ont eu le droit à un épisode, avec plus ou moins de bonheur. Après un Ys 6: The Ark of Napishtim sur PSP en 2006 plutôt décevant et un Ys Seven, également sur PSP, encourageant cette fois, voyons ensemble ce que donne la nouvelle mouture destinée à la PS Vita, nous avons nommé Ys: Memories Of Celceta.

On retrouve le héros récurrent de la série, Adol Christin, ainsi que cinq nouveaux personnages qui viendront se joindre à vous au fil de l'aventure. Petit détail notable, vous pourrez librement composer votre équipe de trois parmi eux. Les habitués de la série reconnaîtront les méchants du quatrième épisode. L'aventure prend place dans l'univers classique de Ys, une sorte d'uchronie du haut Moyen Âge. Cette fois, vos pas vous mèneront en Ispani, vers la forêt de Celceta. Ou plus exactement, vous y ramèneront, car Adol revient d'une longue quête. Il a perdu tous ses souvenirs. A vous d'effectuer le chemin inverse et de découvrir ce qui c'est réellement passé.

Même si le scénario est plutôt convenu, il reste agréable, égrainant son lots de rebondissements. Le procédé de mémoire à redécouvrir permet une bonne immersion dans le jeu et, du même coup, développe l'empathie ressentie pour les personnages. Les souvenirs d'Adol reviendront lorsque vous passerez par des endroits clés, certains se déclencheront automatiquement tandis que d'autres seront à découvrir par vous même (ils sont marqués par des orbes bleus sur la carte).Tous entraînent un petit flashback et augmentent légèrement les compétences du héros.

Le moteur 3D d'Ys: Memories Of Celceta est bon, les textures sont jolies et les zones a explorer assez détaillées. Les mouvements de la caméra sont automatiques, ce qui nous a fait craindre le pire au début. Mais non, tout est globalement bien positionné. Les environnements sont assez variés (plaines, forêts, grottes, ruines, etc.), tout comme les ennemis et les boss. Les donjons restent assez courts mais de petites énigmes (mécanismes, etc.) ont été judicieusement placées pour les rendre suffisamment variés. La carte à explorer est immense. Mais, sans surprise, les niveaux visités se composent de suites de couloirs. On n’évite pas les va-et-vient, mais cela reste supportable grâce à des pierres de téléportation de couleurs différentes et se limitant à certaines zones (vous ne pouvez pas vous téléporter d'une pierre verte à une pierre jaune, par exemple).

Les musiques sont agréables sans être inoubliables. Du côté des combats, ils sont plutôt rythmés avec un coup simple (qui fait monter deux jauges de couleur), plusieurs coups spéciaux (qui utilisent une jauge bleue) à débloquer et à faire progresser jusqu'à trois niveaux de puissance, plus un super-coup (qui consommera votre jauge jaune).

Note
7/10
Ys: Memories Of Celceta est bien équilibré. On visite par exemple un village où l'on achète des potions et une nouvelle arme ou armure plus puissante, on explore la forêt, puis on trouve un autre village avec là encore une autre arme et des amures plus puissantes qui donneront accès à une zone où les ennemis seront un peu plus forts, et ainsi de suite. On peut également renforcer armes, armures et certains objets grâce aux minerais et plantes que l'on accumule durant les combats et l'exploration.

En fait, dans ce jeu, tout fait furieusement penser a Ys Seven, ce qui n'est pas fondamentalement gênant puisque la technique était déjà bien huilée sur PSP. Ys: Memories Of Celceta est donc un bon jeu d'action-RPG nippon, assez facile en mode Normal (pour les vieux routiers, choisissez directement le mode Hard ou Nightmare !). Finalement, ce que l'on pourrait regretter - comme souvent avec Falcom - c'est l'absence d'un petit supplément d’âme qui aurait pu faire toute la différence. 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

Mots-clés: PS Vita, RPG, Kuk, Falcom, Ys

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10a

The Warlock of Firetop Mountain, le test

août 14, 2017 Test - iOS Angi
Déjà porteur d’une réputation plutôt flatteuse sur Steam, The Warlock of Firetop Mountain (TWFM) du studio Tin Min Games débarque aujourd’hui sur Ipad – un support qui semble tout à fait adapté au genre. En effet, il s’agit de l’adaptation d’un Livre dont vous êtes le héros, écrit par Steve Jackson et Ian Livingstone en 1982. Le jeu se présente…
ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…

Avez-vous lu cet article?