IndieCade, le salon qui aime les indépendents!

indicade europe 1

L’IndieCade, l’événement indépendant est enfin arrivé à Paris, et il ne fallait surtout pas louper le train en marche. l’IndieCade c’était deux jours intensifs, du genre qui vous vide de votre substance. Non pas que ce soit grand (mais dense, oui!), c'est plutôt que pendant deux jours vous n’arrêtez pas de discuter avec des gens intéressants, des gens qui en veulent, des gens qui ont des idées, des gens à l’écoute de leur public, bref des indés !

Et ça change tout, non pas qu’une GCE (Game Connexion Europe) soit inintéressante, mais c’est quand même une convention Business 2 Business. L’IndieCade, c’est un peu comme rentrer à la maison le soir de votre anniversaire, voir une table garnie de jeux vidéo en libre accès, et tout autour des joueurs, des développeurs, et des bénévoles pour discuter des jeux qui sortiront dans plusieurs mois, ou qui sont dans certains cas déjà disponibles. Pourquoi l’analogie avec un anniversaire et bien parce que tout ce petit monde est disponible pour vous, que vous soyez VIP, Presse, ou encore simple joueur quelqu’un se fera une joie de vous expliquer son jeu, son histoire et pourquoi ils sont là. Cette année, le lieu de festivité était le musée des Arts et Métiers (à la station Arts et Métiers). Un lieu vraiment atypique pour ce genre d’événement. Le lieu est historique, en pierre, avec de grands escaliers façon Poudlard et des tout petits couloirs. Un bâtiment rempli d’histoire que l’on visite peu souvent dans la capitale. Plusieurs salles étaient à disposition des exposants, mais rien de bien ordonné (au mieux une affiche pour dire quel jeu est présenté), les tables au milieu des salles pouvant servir à montrer bien d’autres jeux pendant quelques heures aux joueurs de passage. Un autre espace était réservé aux  conférences, dont une dirigée par Michel Ancel qui a visiblement beaucoup plu au public. De notre côté nous avons surtout discuté avec les développeurs de jeux indépendants sur plateforme mobile. Même si le jeu PC était vraiment très bien représenté. Sait-on jamais, peut être que l’année prochaine on vous parlera de ces deux mondes qui se rapproche tellement, qu’ils finiront bien par fusionner.

Cette semaine du 4 décembre sera donc une semaine IndieCade, et on vous restituera toutes les informations que nous avons plus glanées au travers de quelques articles, que ce soit sur des titres à venir, ou dans certains cas revenir sur une actualité qui a pu nous échapper (personne n’est parfait !). N’hésitez pas à nous laissez un commentaire sur chacun d’entre eux, on se fera un plaisir d’échanger avec vous.

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

 

Mots-clés: Manoloben, IndieCabe, Edito

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

06a

SteamWorld Heist: Ultimate Edition, le test sur Switch

février 07, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
SteamWorld Heist ressort dans une version "ultime" sur Switch, après son développement pour la 3DS et une adaptation sur PS Vita (et Wii U). Comme on avait particulièrement apprécié la version PS Vita, on a renouvelé l'expérience sur la dernière console de Nintendo.
tokyotattoogirls banner

Tokyo Tatoo Girls, le test sur PS Vita

janvier 22, 2018 Test - PS Vita Aymerick
Six héroïnes doivent conquérir la ville de Tokyo désormais ravagée et coupée du monde, avec pour seules armes les tatouages traditionnels japonais dont vous couvrirez leurs corps de frêles jeunes filles. Il n'en fallait pas moins pour que Tokyo Tatoo Girls, une production japonaise improbablement disponible sur PS Vita en Europe, n’emballe les…

Avez-vous lu cet article?