[Gamescom2016] L'heure du Bilanz: la forte présence (invisible) du mobile

Gc2016 10
Comme tous les ans, la Gamescom a confirmé sa suprématie et son statut de plus grand salon mondial dédié au jeu vidéo. En effet, c'est la manifestation qui réunit le plus grand public, la plus grande surface d'exposition et, fort logiquement, le plus d'exposants.
Les chiffres (autrement plus fiables que certains salons franciliens, suivez notre regard...) parlent d'eux même : 345.000 visiteurs venus de 97 pays, 877 entreprises de 54 pays, 193 000 m2 de surface dévolue au salon sur dix halls, dont une zone business qui en occupait trois... Chaque année, le salon grandi. Jusqu'où ira-t-il ?


Alors certes, les Allemands jouent à domicile et c'est sans surprise que la fréquentation publique est essentiellement teutonne. La couverture médiatique est elle aussi fortement germanique, avec 47% des visiteurs professionnels. Pour autant, 68% des sociétés présentes sont étrangères. On est donc bien loin d'un pur salon du jeu « allemand » que certains trolls à clics "journalistes" s'emploient à nous décrire, notamment en France.

Avons-nous apprécié cette édition 2016 de la Gamescom ? L'orientation mobile et consoles portable de notre site Internet nous renvoie une image assez contrastée du salon. En effet, les jeux mobiles sont quasiment absents des halls publics, à part quelques tablettes sur des stands de développeurs indépendants et un grand stand Samsung, le tout circonscrit au hall 10. C'est maigre... En matière de consoles portables, la situation n'était guère meilleure. La PS Vita était inexistante (merci Sony, excellent job une fois de plus !). La Nintendo 3DS, quant à elle, était parquée dans un petit stand avec quelques bornes de démonstration et très peu de jeux. D'ailleurs, l'offre eShop était largement sollicitée pour pallier le faible nombre de jeux d'envergure (merci Nintendo).
La Gamescon consacre donc la mort de la thématique d'Air-Gaming, en montrant la suprématie des blockbusters PC/consoles et des jeux en ligne ?

Pourtant, un communiqué de presse Gamescom annonçait, avant l'ouverture du salon, la présence du mobile en grande pompe : "Le nombre d'exposants de la section mobile a fortement augmenté. On y compte ainsi aujourd'hui plus de 100 entreprises (soit 20% de plus que l'année dernière). Y compris les développeurs et constructeurs de smartphones ou tablettes, qui considèrent aujourd'hui la gamescom comme une vitrine de choix."
Info ou intox ? Ou réalité passablement exagérée par un vocabulaire un brin emphatique ? Cela aurait été l'impression laissée si nous n'avions pas eu accès aux halls professionnels qui proposent effectivement des contenus assez différents de la zone publique. Si, dans ces halls dédiés au business, le PC règne toujours en maître, les jeux mobiles sont aussi très présents. Alors oui, les stands chinois et coréens vous inondent de productions exotiques et guère accessibles. Mais ces sociétés sont là pour vendre leurs réalisations et leurs compétences à des éditeurs/développeurs européens et non pour que la presse en parle... D'autres sociétés développent bien sur mobiles, mais ne présentent leur production que sur l'écran d'un PC. Il est plus simple de montrer un jeu sur grand écran.

Autre constat, les développeurs européens ont largement déserté les consoles portables, Nintendo 3DS ou PS Vita. La faute, certainement, aux constructeurs qui ne savent plus (ou qui ne veulent plus, comme Sony) se montrer séduisants. Ainsi, on a pu tester de bons jeux indépendants PC qui auraient toute leur place sur PS Vita par exemple, comme Neurovoider, Strikers Edge, Mother Russia, etc. Si les éditeurs comme les développeurs interrogés ne rejettent pas l’idée d'une adaptation, ils  semblent malgré tout assez frileux de tenter l'aventure... seuls. Mais que fait donc Sony pour leur donner un petit coup de pouce ? Rien, visiblement.
Heureusement, la Nintendo 3DS et la PS Vita bénéficient encore des bienfaits de la production japonaise, faisant la joie des joueurs occidentaux qui, grâce à quelques éditeurs courageux, accèdent à des jeux de niche localisés parfois de manière improbable.

Sur ce constat un peu triste, on attend déjà le prochain salon avec impatience et on vous laisse avec quelques babes et figurants qui égayaient les stands de leur "généreuse" présence !

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

mai 07, 2018
rogue legacy ps vita
Test - PS Vita

Rogue Legacy, le test sur PS Vita

 

Mots-clés: Gamescom, Kuk

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Steredenn: Binary Stars, le test sur Switch

juillet 16, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
Dès que je l’ai vu pour la première fois en 2015 sur PC, j’ai su que je l’aimais. Mais en amitié comme dans les jeux vidéo, un amour ne s’obtient pas sans investissement ni acquis d’avance… Car Steredenn: Binary Stars est un shoot'em up exigeant. Une bonne occasion de nous y intéresser pour sa sortie sur la console Nintendo Switch.
10

Lightfall, le test sur Switch

juin 28, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Ces dernières années ont vu l’émergence de titres dits indépendants issus du financement participatif. L’histoire de Lightfall est également née ainsi, et elle n’est pas toute jeune puisqu’elle date de 2015. Le premier jeu de Bishop Games débarque aujourd’hui sur Switch, avec la promesse d’un gameplay dynamique et novateur. Avançons dans la…

Avez-vous lu cet article?