Zodiac: Orcanon Odyssey à la PGW 2015 (iOS, PS Vita)

zodiac art
 
 

Zodiac: Orcanon Odyssey est jeu de rôle d'inspiration japonaise réalisé par la société française Kobojo, c'est pourquoi son stand se trouvait dans la zone Made in France de la Paris Games Week 2015. Mais de grands noms de l'industrie du jeu vidéo japonais y ont collaboré, comme le compositeur Hitoshi Sakimoto (Muramasa, 2010: Valkyria Chronicles 1 et 2, Dragon's Crown), le scénariste Kazushige Nojima (Final Fantasy VII, VIII, X, X-2...), le directeur artistique Hideo Minaba (Final Fantasy XII...).

 

 

Le scénario de Zodiac: Orcanon Odyssey est on ne peut plus classique : Cael, un jeune soldat intrépide et quelques compagnons d'armes dévoués s'aventurent dans une mission de routine qui débouchera sur la révélation de secrets de naissance, à la découverte de mystères ancestraux et d'abominables complots...

Le titre du jeu vient des quatorze classes de personnages dont douze sont rattachées aux signes du zodiaque. Par exemple, l'Alchimiste est placé sous le signe du du sagittaire et contrôle l'élément du feu. Seules quatre classes seront disponibles dans la version de base du jeu : le guerrier (neutre), le sage (eau), l'alchimiste (feu) et l’érudit (terre). Les autres seront proposés sous forme de DLC. Ce sera également le cas pour des chapitres supplémentaires. Kazushige Nojima a écrit près de 55 000 lignes de textes en trois mois. Kobojo compte bien utiliser jusqu'au bout cette riche source d'inspiration...

Chaque personnage aura, selon sa classe, quatre coups spéciaux à disposion. Ceux-ci permettront de déclencher des combos avec des personnages de différentes classes par exemple : un personnage va casser les défenses adverses pour permettre a un compagnon de lancer une attaque dévastatrice... Les phases d’exploration ainsi que les graphismes issus du travail d'Hideo Minaba sont superbes et font beaucoup penser à Dragon's Crown (PS Vita, PS3). La petite démonstration jouable était assez courte et ne permettait pas de juger de la qualité d'écriture ni du scénario, on attend donc la sortie du jeu en espérant une bonne surprise comme avait pu l'être, par exemple, Child of Light (PS Vita, PS3, PS4).

Zodiac: Orcanon Odyssey est d’abord prévu sur mobiles (iOS) en fin d'année à un prix qui tournera autour de 10 €, après quoi des DLC seront proposés. Il nécessitera au minimum un iPad 4 pour fonctionner. L'année prochaine, les versions PS Vita (et PS3/PS4) regrouperont la totalité des éléments d'office, bien évidemment à un prix plus élevé...


 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

 

 

Mots-clés: PS Vita, iOS, Paris Games Week 2015, Zodiac: Orcanon Odyssey, Kobojo

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

ffanpp0f

Final Fantasy (écrit le 07/02/2008)

juin 16, 2017 Test - PSP Benjamin
Après les rééditions de Final Fantasy sur WonderSwan, puis sur GBA (dans Final Fantasy 1 et 2 : Dawn of Souls), voici venu une version que personne n’attendait, sur PSP. La version de trop ? Nous n’allons pas nous attarder sur le scénario et les mécaniques de jeu, déjà largement détaillés dans nos précédents tests. Penchons-nous plutôt directement…
téléchargement 2

Final Fantasy 2 (écrit le 07/02/2008)

juin 17, 2017 Test - PSP Benjamin
Square-Enix et Ubisoft ont eu la « bonne » idée de proposer les adaptations de Final Fantasy 1 et 2 sur PSP de manière séparée et non traduite. Voilà qui a fait grincer des dents beaucoup de joueurs, surtout lorsque l’on sait que la GBA, elle, a eu le droit à une compilation regroupant les deux titres dans et en français. Quel intérêt de se…

Avez-vous lu cet article?