AWE, le god game apaisant à la Gamescom 2015

AWE est une sorte de god game mobile. Mais sa vraie nature est plutôt à chercher du côté des puzzles, avec une vraie ambiance.

Au début du jeu, vous commencez avec une planète nue. En touchant les différents polygones de couleur qui la composent (roche, eaux, herbes, neige, feux, etc.), vous créez des sons. En combinant ces couleurs vous créez divers éléments : plusieurs sortes d'arbres, des nuages, des montages ou même des constructions que vous placerez comme bon vous semble sur votre planète.
Pour vous guider, on vous indique le nombre d'associations à faire via des triangles vides dans l'écran du jeu. Ainsi, quand vous touchez une couleur, le ou les triangles qui intègrent cette couleur vibrent. À vous donc de retrouver la bonne combinaison. Du coup, AWE  rappelle un peu le Mastermind de notre enfance.
Bien entendu, plus on évolue dans le jeu, plus les possibilités sont importantes et variées.

Indéniablement, AWE a un très bon potentiel. La mécanique est intuitive et de par sa nature, est très adaptée à tous les supports tactiles. La création de l’écosystème a quelque chose d’apaisant, notamment grâce à l'ambiance musicale. Bref, il reste à confirmer si le jeu arrive à garder toute sa poésie et son challenge dans la durée. En tout cas, on attend avec impatience la version finale d'AWE.

AWE est édité par Badland Games, et sera disponible en fin d'année 2015 sur Android (Ouya incluse), iOS, PS Vita et Nintendo 3DS.

 

 

Présentation de l'auteur : Kuk

  • Kuk

    Kuk s'est lié d'amitié avec le monde du jeu vidéo très jeune. En 1988, il possède son premier ordinateur, un Atari 1040 STF flambant neuf. Et Atari ne le quittera plus jamais… Durant les années suivantes, il s'intéresse tour à tour à la Nec GT, à la NeoGeo Pocket et à sa petite soeur, la déclinaison Color, qui le font rentrer dans le jeu vidéo portable. Passionné d’histoire et de littérature, il apprécie tout particulièrement les jeux de rôle et les jeux d’aventure. Il montre aussi beaucoup d'intérêt pour le travail fourni par les développeurs indépendants dont il se fait une spécialité. Dans tous les cas, il privilégie le fond à la forme.

Du même auteur : Kuk

 

Mots-clés: PS Vita, Android, iPad, iOS, Nintendo 3DS, Ouya, Badland Games

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…
10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…

Avez-vous lu cet article?