Resident Evil, Heavenly Island - La série B de la série Z

Resident Evil Heavenly Island 1

Vous ne saviez quoi lire cet été, Capcom le sait, et a tout prévu! Ils ont pour l'occasion sorti une nouvelle série Resident Evil en manga. Après le très moyen Resident Evil - Marhawa Desire et notre ami Chris Redfield, c'est au tour de Claire Redfield d'entrer en scène. Le synopsis : au cours du tournage du jeu de télé-réalité "Idol Survival" - une sorte de Koh Lanta avec de jolies jeunes filles en bikini - quelques participantes sont retrouvées empalées et zombifiées. Claire, non loin de cette île et enquêtant sur un poisson muté découvre que tout ceci doit avoir un lien avec le Virus-T.

 

L'histoire pas piquée des hannetons ne vous perdra pas en cours de route, la faute à des rebondissements trop connus et déjà vus dans la série qui est déjà composée d'une dizaine de jeux vidéo, d'une demi-douzaine de mauvais films, de manga papier, et livres qui sont parus à ce jour. Le premier volume restera donc en terrain connu. On ajoutera à la traditionnelle sauce Umbrella un point essentiel pour les lecteurs japonais, le fan service, celui-ci se ressent dès les premières pages, et indique clairement surtout la clientèle visée (mâle, 15-20 ans). Nez dans les seins, gros plan sur les fesses des femmes ou zombie presque sexy (oui, ils arrivent à tout faire ses Japonais!), sera le lot(lo) du lecteur masculin. Résultat on avance de niaiserie en niaiserie (pour ne pas dire japanerie!) qui ne feront que sourire les plus accrocs.

S'en suit une question pertinente, comment vont ils faire pour continuer une histoire qui a l'air de démarrer sur les chapeaux de roues, et la développer (assez) pour la rendre intéressante. Hélas, trois fois hélas, on pressent que l'enquête de Claire sera minime, les morts nombreuses, et la fuite impossible, comme dans tout Resident Evil. Graphiquement, cela va du très dégueu limite foutoir durant les scènes dans la forêt, au bon pour ce qui est de dessiner les filles. Quant à l'enchainement de l'action, le mangaka fait des coupures de plusieurs heures sans prévenir, à noter qu'il n'y a pas de système de chapitre. Résultat, il peut arriver que l'on se sent un peu perdu après tourner une page, et cela malgré la légèreté et le peu de complexité du scénario annoncé en introduction de ce texte, un comble...

C'est ICI que l'on SPOILE!

Le ridicule ne tuant pas, nous aurons le droit à un poisson à 100 yeux (les mutations ajoutent souvent des yeux, c'est bien connu), zombie et carnivore. Un monstre façon Tyran, mais version maritime, un sorcier vaudou, et bien entendu une gentille villageoise et un homme peu dégourdit qui devra surement choisir entre les gros seins ou la gentillesse de la villageoise! (je parie sur la villageoise)

FIN DU SPOIL

En clair, ce n'est pas le manga que l'on attendait de Resident Evil. Relativisons, on ne s'attendait pas à grand-chose, on ne risquait donc pas d'être déçu. J'ai cependant le souvenir de certains livres estampillés Resident Evil qui étaient de meilleures qualités, j'avais donc une once d'espoir (quoique la jaquette annonçait un peu la couleur Sourire). Pour les fans, il paraitrait que cette histoire fait partie de la Chronique officielle Resident Evil, j'imagine donc que ceux-là ont déjà craqué, pour les autres, évitez la dépense inutile.

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

 

 

Mots-clés: Manoloben, Livre, Resident Evil

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Atomik RunGunJumpGun, le test sur Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
3, 2, 1, action. Intro minimaliste, musique d’ambiance techno-planante, atmosphère visuelle au croisement de la rave party et du ZX Spectrum, c’est parti pour Atomik: RunGunJumpGun. Un runner nerveux, rétro dans l’aspect mais bien actuel dans sa difficulté. Nous l’avions déjà testé sur Ipad il y a quelques temps et il débarque aujourd’hui sur…
10

Brakes Are For Losers, le test Switch

avril 16, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Amateurs du légendaire Super Sprint, ou peut-être de Super Off Road ou Super Skidmarks pour les moins seniors d’entre vous (et nous), réjouissez-vous. Issu du studio Oudidon et édité par Playdius, Brakes Are For Losers (BAFL) débarque sur Nintendo Switch, se qualifiant lui-même de titre néo-rétro. C’est donc à toute allure que nous allons aborder…

Avez-vous lu cet article?