RASL, de la SF au pays du comics

RASL1

Si comme moi, le comics pour vous c'est Marvel et DC comics une fois par an au cinéma. Vous allez surement vous rendre compte que vous passez à côté de quelque chose après cet article (c'est mon but assumé). C'est donc en compagnie de mon cousin que je suis aller chez "Album" au 67 boulevard Saint-Germain à Paris. Je ne suis pas là pour faire l'éloge d'une boutique ou d'une autre. Cependant je trouvais important de dire où j'ai trouvé le premier album de ce comics RASL qui devrait se trouver partout au vu de sa qualité, et ce n'est pas le cas malheureusement...

 

 

RASL c'est le parcours initiatique d'un scientifique, un gars qui à réussi par hasard à créer une combinaison permettant de voyager dans des mondes parallèles. Son physique laisse à penser qu'il est aussi costaud qu'intelligent. Résultat, le personnage n'est pas forcement crédible au premier abord. Cependant, ça lui donne un côté antihéros - genre, j'ai raté ma vie - pas désagréable. Pour des raisons que l'on apprendra que bien plus tard, l'homme décide de devenir un voleur interdimensionnel. Un Picasso est tellement plus facile à voler dans certaines dimensions. Il vit très bien ainsi depuis des années, cependant un jour rien ne se passe comme prévu. Un homme débarque et lui tire dessus sans raison. De là, il comprend qu'il n'est plus le seul à savoir "dériver" et son passé le rattrapera trop rapidement.
Sur fond de croyance sud Américaine, ce comics comportant 3 livres nous contera comment cet homme simple chercheur tâchant de continuer les oeuvres de Tesla sur le transport de l'électricité à pu tomber aussi bas. La rapidité dans laquelle s'enchaine les événements est vraiment agréable. On arrive rapidement à la fin et on sent que l'auteur n'a pas essayé de rallonger le récit comme sur Walking Dead par exemple. De plus, il se fend de nombreuses explications pour rendre le récit crédible au point que l'on aura l'envie de se renseigner sur les sujets abordés. Ce n'est pas la série de l'année, mais j'ai pris plaisir à la lire, cependant pour ceux qui n'apprécient pas d'être frustrés, je souhaite vous mettre en garde. La série ne répond pas à tous les questions et thèmes abordés. Dans de nombreux cas, on se contentera d'un unique mot pour réponse : la destinée...

 

  • Née dans les années 80, Manoloben a pu tour à tour découvrir les joies du PC, puis des consoles de salon. C'est dans les années 2000 avec la découverte de la Neogeo Pocket qu'il s'est lié d'amour pour les consoles portables. Le(la?) GameBoy Advance fut sa/son compagnon pendant son école d'ingénieur puis, se fut au tour de la GP32 et de ses dérivées... Ne souhaitant pas quitter ce milieu, il a rejoint l'équipe d'un site en ligne spécialiste des consoles portables en 2011. Cette passion lui fit quitter le groupe pour fonder Air-gaming avec deux autres amis. Aujourd'hui, Manoloben souhaite transmettre une information sans tabou ni limitations, qui sont trop souvent imposés par un milieu de plus en plus vénal.

Du même auteur : Manoloben

 

Mots-clés: Manoloben, RASL

Imprimer E-mail

You have no rights to post comments

D'autres articles

10

Steredenn: Binary Stars, le test sur Switch

juillet 16, 2018 Test - Nintendo Switch Aymerick
Dès que je l’ai vu pour la première fois en 2015 sur PC, j’ai su que je l’aimais. Mais en amitié comme dans les jeux vidéo, un amour ne s’obtient pas sans investissement ni acquis d’avance… Car Steredenn: Binary Stars est un shoot'em up exigeant. Une bonne occasion de nous y intéresser pour sa sortie sur la console Nintendo Switch.
10

Lightfall, le test sur Switch

juin 28, 2018 Test - Nintendo Switch Angi
Ces dernières années ont vu l’émergence de titres dits indépendants issus du financement participatif. L’histoire de Lightfall est également née ainsi, et elle n’est pas toute jeune puisqu’elle date de 2015. Le premier jeu de Bishop Games débarque aujourd’hui sur Switch, avec la promesse d’un gameplay dynamique et novateur. Avançons dans la…

Avez-vous lu cet article?